Mystère et émerveillement

Avec Anima Lumina, le Zoo de Saint-Félicien frappe... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Avec Anima Lumina, le Zoo de Saint-Félicien frappe fort. Cette production permet de découvrir le site sur un tout autre angle et montrer le côté ludique, mystérieux et enchanteur de la forêt.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Une symphonie subtile de sons, lumières et ombres s'offre aux visiteurs d'Anima Lumina. Une véritable ode à la forêt empreinte de mystère et d'émerveillement.

Avec Anima Lumina, le Zoo de Saint-Félicien frappe... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Avec Anima Lumina, le Zoo de Saint-Félicien frappe fort. Cette production permet de découvrir le site sur un tout autre angle et montrer le côté ludique, mystérieux et enchanteur de la forêt. 

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Avec Anima Lumina, le Zoo de Saint-Félicien frappe... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.1

Agrandir

Avec Anima Lumina, le Zoo de Saint-Félicien frappe fort. Cette production permet de découvrir le site sur un tout autre angle et montrer le côté ludique, mystérieux et enchanteur de la forêt. 

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Le spectacle conçu par Moment Factory pour le Zoo sauvage de Saint-Félicien plonge le spectateur dans une atmosphère étrange où tous les sens sont stimulés.

Au début, on se demande bien où cette marche à travers les habitats du Zoo sauvage va nous mener. Des bruits de bêtes, du vent dans les arbres, des lueurs, de la fumée et des lunes ponctuent le parcours. Puis une animation se dessine au fond d'une forêt. On y découvre un jeune qui tente d'approcher des bêtes sauvages. La magie commence à opérer, puis les sons deviennent de plus en plus intrigants. Se dresse ensuite un mur de fumée et de lumière qui nous laisse croire que nous sommes dans une forêt enchanté en plein milieu d'un rêve. Une zone qu'on n'ose pas quitter tant on se sent bien. On part à regret avant de gravir des marches où des yeux s'allument un peu partout, des bêtes furtives qui apparaissent et disparaissent. Est-ce des loups, des ratons laveurs?

L'ambiance devient plus inquiétante, on marche lentement aux aguets. Alors se dresse une immense lune où le jeune garçon s'amuse à jouer aux ombres chinoises. La projection est saisissante dans cet endroit situé en haut de l'habitat des macaques. Le jeune commence à démystifier la forêt et s'amuse avec les animaux.

On se tourne de l'autre côté et on voit encore une lune et sur les arbres des silhouettes. Intrigant. On marche encore un peu pour redescendre sur d'autres passerelles. Alors commence l'apothéose de ce spectacle. Une projection cinématographique hallucinante se servant des épinettes et de la rivière qui coule au bas. C'est époustouflant. Le personnage entame une espèce de danse avec plusieurs animaux. Il s'agit de silhouettes d'orignaux qui boivent dans l'eau, des poissons qui nagent, des ratons laveurs moqueurs, des oiseaux qui s'envolent.

Un tableau hallucinant d'une beauté impressionnante. À lui seul, ce moment vaut le déplacement. Nous aurions aimé rester contempler plus longtemps ce ballet d'ombres et de lumière, tant le mariage entre la nature et la technologie était inventif.

À la fin, c'est comme si on sortait d'un rêve et qu'on voudrait se rendormir pour s'y replonger.

La bande de Moment Factory a réussi à profiter du théâtre naturel du Zoo pour exacerber cette nature et la rendre lumineuse.

Avec Anima Lumina, le Zoo frappe fort. Cette production permet de découvrir le site sur un tout autre angle et montrer le côté ludique, mystérieux et enchanteur de la forêt.

Le spectacle est présenté tous les soirs dès la noirceur jusqu'à la fin août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer