• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > La Fabuleuse: simples détails et spectacle grandiose 

La Fabuleuse: simples détails et spectacle grandiose

La Fabuleuse histoire d'un Royaume permet de se... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La Fabuleuse histoire d'un Royaume permet de se remémorer ou de découvrir l'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un orignal qui fait peur aux Vikings s'aventurant dans le fjord, des danseurs qui passent un voile par-dessus le public, un arbre qui s'effondre sur scène... Il suffisait de simples détails, vendredi soir à la première de la 29e saison de La Fabuleuse histoire d'un Royaume, pour émerveiller les centaines de personnes présentes au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Le comédien Jean-François Boudreault a participé au spectacle... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Le comédien Jean-François Boudreault a participé au spectacle pour le tournage de l'émission Sucré Salé.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Même des batailles épiques sont mises en scène.... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.1

Agrandir

Même des batailles épiques sont mises en scène.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

En prévision du 30e anniversaire de la mégaproduction racontant l'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le metteur en scène Louis Wauthier a reçu le mandat de revisiter les éditions précédentes, pour retrouver des éléments forts qui s'étaient effacés avec les années et qui méritaient de ressurgir. Dans le but, bien sûr, de transmettre les mêmes émotions qui avaient charmé les spectateurs en 1988. Il peut dire mission accomplie.

Quand les flammes et la fumée du Grand Feu de 1870 envahissent la scène, on sent vraiment le chaos et la détresse des quelque 150 comédiens bénévoles. Quand le tableau de Noël commence, on se croirait réellement dans une chaude demeure pour fêter le réveillon du 24 décembre. Quand la cour du roi de France s'amène avec ses plats fastueux, ses robes somptueuses et son cheval splendide, on se dirait transporté dans les riches jardins de Versailles, surtout avec le ballet de fontaines en arrière-plan.

D'ailleurs, un invité-surprise s'était caché dans ce tableau. Le comédien Jean-François Boudreault, originaire de Roberval, a revêtu ses plus beaux atours de prince et est monté sur scène, dans le cadre d'un reportage pour l'émission Sucré Salé. Dès 16h, le tournage a commencé en coulisses.

«Ne vous inquiétez pas, je ne serai pas là longtemps, je ne veux pas scrapper le show alors que vous avez payé si cher, a-t-il rigolé avant le spectacle. J'ai jasé avec plein de monde, des gens généreux qui s'investissent, et ils méritent vraiment une bonne main d'applaudissements. En 29 ans, je n'ai jamais vu La Fabuleuse, ça va être la première fois. C'est une honte! Maintenant, je vais même pouvoir mettre sur mon CV que j'ai joué dedans... Je voulais faire Jacques Amyot, le premier nageur à avoir traversé le lac Saint-Jean, mais ils n'ont pas voulu me laisser me mettre en speedo!»

Des coups de canon peuvent retentir, un mur d'eau tomber ou des lasers dessiner dans l'air, souvent, la technologie n'est pas nécessaire pour surprendre l'assistance. Une petite tape sur les fesses d'une mémère par son mari, un voyou qui reçoit un seau d'eau sur la tête ou un cheval qui fait la révérence provoquent aussi bien le rire, l'étonnement ou le ravissement. Des petits détails qui font la richesse du spectacle et le rendent plus vrai.

Il faut dire que l'arrivée des soldats est toujours aussi efficace pour illustrer les guerres mondiales, à entendre les cris qui ont secoué l'auditoire. Les personnages de Mlle Thérèse et de Jos Maquillon demeurent des incontournables, et on oublie presque les voix préenregistrées. La musique est grandiose, les chorégraphies de charleston et de rock and roll enlevantes, et les voitures anciennes impressionnantes.

Les applaudissements ont été nombreux au cours de la soirée d'un peu plus de deux heures, avec un entracte, qui a pris fin par une ovation debout. Une belle façon de se remémorer ou découvrir l'histoire régionale, des Amérindiens au Déluge en passant par la société des 21, la construction du chemin de fer et les guerres de clochers.

Les représentations ont lieu jusqu'au 20 août, du mercredi au samedi, à 19h30. Les billets sont en vente à 55,75$ pour les adultes, 31$ pour les étudiants et 14$ pour les enfants de 12 ans et moins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer