• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > La soprano Élisabeth Boudreault a le vent dans les voiles 

La soprano Élisabeth Boudreault a le vent dans les voiles

La soprano Élisabeth Boudreault originaire de Saint-Ambroise a... (Photo courtoisie, Stécie April)

Agrandir

La soprano Élisabeth Boudreault originaire de Saint-Ambroise a reçu une bourse de l'université McGill, institution où elle amorcera des études en interprétation chant classique dès l'automne

Photo courtoisie, Stécie April

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Élisabeth Boudreault a le vent dans les voiles. La jeune soprano de 21 ans originaire de Saint-Ambroise a obtenu la deuxième place de sa catégorie à la finale nationale du Concours de musique du Canada il y a quelques jours. Puis, après un été chargé en projets, elle emménagera à Montréal afin de poursuivre ses études en chant classique à l'Université McGill, institution qui lui a octroyé une bourse.

Élisabeth Boudreault a participé à l'opéra Werther, produit... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Élisabeth Boudreault a participé à l'opéra Werther, produit par l'Opéra du Saguenay-Lac-Saint-Jean en décembre dernier.

Photo courtoisie

Texte: La dernière année a permis à Élisabeth... (Photo courtoisie) - image 1.1

Agrandir

Texte: La dernière année a permis à Élisabeth Boudreault de se consacrer au chant et de réfléchir à l'orientation de sa carrière.

Photo courtoisie

Il y a quelques années à peine, Élisabeth Boudreault, alors âgée de 15 ans, a fait un choix qui allait changer le cours de sa vie. Celle qui évoluait en chanson populaire a décidé de s'orienter en chant classique. Une sage décision, lorsque l'on connaît la suite des choses.

«C'était difficile à l'époque de savoir où ça me mènerait, mais j'ai toujours eu des idées de grandeur, je me suis toujours doutée que je ferais carrière en musique», affirme la jeune femme au cours d'un entretien téléphonique.

La dernière année lui a permis de transformer cette impression en conviction.

La jeune femme a pris un an pour se concentrer sur son art et réfléchir à l'orientation qu'elle souhaite donner à sa carrière. «Je me suis concentrée sur le chant toute l'année. J'ai pris le temps de faire mon plan de carrière. J'ai travaillé avec mon coach et à partir de décembre, j'ai fait plusieurs auditions. Cette année m'a donné une bonne idée de ce que ça veut dire faire une carrière en chant. C'est mon plan A et je n'ai pas vraiment de B. L'insécurité s'est tassée. Maintenant, je sais que le chant va être ma vie.»

Les résultats obtenus lors de ses dernières prestations tendent à lui donner raison.

«Ç'a été encore mieux que ce que j'avais espéré. J'ai reçu des réponses positives de partout», s'étonne-t-elle encore.

À la fin du mois de juin, la soprano est arrivée deuxième dans la catégorie Chant 22 ans à la finale nationale du Concours de musique du Canada qui a réuni les meilleurs talents à Drummondville. «Mon but était de performer et d'apprendre un nouveau répertoire pour le présenter dans d'autres concours. Le but est atteint et je suis très contente du résultat.»

Élisabeth Boudreault a également reçu une bourse afin de faire son entrée au Baccalauréat en interprétation chant classique à l'université McGill en septembre prochain. «À l'audition d'entrée, selon les performances, ils sélectionnent des candidats et offrent des bourses à ceux qu'ils souhaitent attirer. Je commence en septembre avec une prof très renommée», se réjouit-elle.

La soprano aura un été chargé avant de commencer ses études universitaires. Actuellement, elle séjourne au Domaine Forget dans Charlevoix où elle participe à un stage de deux semaines. «Pour participer, je devais passer des auditions. Il y avait beaucoup de démarches.»

Elle a aussi été sélectionnée afin de prendre part à deux productions dans le cadre du Festival d'opéra de Québec.

D'abord, Gounod à l'apéro, un concert qui sera présenté à cinq reprises, du 25 au 29 juillet à 16h, à la Chapelle du Musée de l'Amérique française.

«Un apéro est servi, puis nous sommes cinq artistes à chanter des extraits de cinq opéras de Gounod. C'est un compositeur génial, sa musique est enveloppante, très accessible et en français. Et c'est gratuit pour le public», précise-t-elle.

Puis les 31 juillet, 2 et 5 août à 20h, elle joindra sa voix à celles de quelques jeunes chanteurs en début de carrière dans le cadre d'un studio d'opéra intitulé Le directeur d'opéra.

«Il y a plusieurs centaines d'années, un roi a passé une commande à Mozart et Salieri qui ont présenté un opéra au cours d'une même soirée. C'est ce concours qu'on va reproduire. Ce sont deux opéras très courts et très drôles.»

Élisabeth Boudreault effectuera ensuite un stage aux côtés de Jean-François Lapointe, baryton originaire de la région.

«Les choses vont bien. Je travaille très fort et je suis très contente des résultats», conclut la jeune femme dont on risque d'entendre parler souvent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer