The Box à Alma: un bain de nostalgie

Jean-Marc Pisapia n'a pas perdu sa fougue qui... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Jean-Marc Pisapia n'a pas perdu sa fougue qui a fait fureur dans les années 80 et 90.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Alma a baigné dans la nostalgie, jeudi soir. Plus de 10 ans après son dernier passage au Lac-Saint-Jean, The Box était de retour à Place Festivalma. Le groupe culte des années 80 a rappelé de bons souvenirs aux quelques milliers de spectateurs réunis. Et le leader de la formation, Jean-Marc Pisapia, n'a pas déçu en débutant avec le succès Must I always remember.

« Enfin, on revient dans la région et il ne pleut pas. La dernière fois à La Baie, à la Pyramide, on a dû annuler, car il pleuvait. L'année suivante, on est revenus à La Baie, il pleuvait toujours. Ben ce soir, on a la paix! On va avoir du fun », a crié Pisapia à la foule de 2500 personnes.

Après avoir joué deux grands succès, dont Carry on, le groupe québécois a présenté plusieurs pièces de l'album Black Dog There sorti en 2005. C'est à cette époque que Pisapia, accompagné de nouveaux musiciens, a pris le virage progressif. L'auteur, qui est le dernier membre original de The Box, n'a évidemment pas pu passer à côté des autres grands hits des années 80 et 90. Avec quatre albums certifiés or ou platine et 4 Félix, des succès, ce n'est pas ce qui manque. Et Pisapia voulait faire plaisir aux spectateurs. À chaque son annonçant un vieux hit, la foule remerciait le groupe en criant un plus fort.

Le leader a même fait chanter la mélodie de Crying out loud for love aux spectateurs qui ont accepté de jouer le jeu.

« Si je peux chanter, tout le monde peut chanter », a lancé Jean-Marc Pisapia avant d'entonner les premières notes de cette chanson à succès.

Le groupe a ensuite joué Ordinary People qui parle des gens ordinaires aux États-Unis ou en URSS (l'Union des républiques socialistes soviétiques). Pisapia a tenu à remettre les pendules à l'heure sur cette chanson sortie en 1987.

« Ça nous a valu le titre de groupe politiquement orienté. Ce qui est totalement faux! », a précisé le chanteur.

Lancée en 1985, le groupe a repris la populaire chanson bilingue L'Affaire Dumoutier, une chanson qui parle de la défense d'aliénation mentale et dans laquelle plusieurs personnages prennent la parole. Pisapia est passé de l'anglais au français, du policier au reporter en passant par le juge.

Les spectateurs n'ont évidemment pas pu s'empêcher de danser sur The Safety dance du groupe Men Without Hats. Le chanteur de The Box faisait en effet partie de cette formation à titre de claviériste au début des années 80.

Cerise sur le gâteau, Pisapia et ses musiciens ont offert Closer together pour finir la soirée.

Vendredi soir, Jean-Marc Couture, Rosa Laricchiuta et Matt Laurent monteront sur la scène de Place Festivalma pour leur spectacle GLAM ROCK. Les chanteurs promettent un party rock en reprenant les grands succès de Queen, Elton John, David Bowie, Bon Jovi, Guns n' Roses et plusieurs autres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer