Maison coupée en deux: rire pour se réchauffer

La maison coupée en deux est ouverte les... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La maison coupée en deux est ouverte les jeudis et vendredis soirs à 19h30 jusqu'au 19 août.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La soirée de jeudi avait plus des allures automnales qu'estivales, mais cela n'a pas empêché les dizaines de spectateurs, réunis devant la maison coupée en deux à Saint-Fulgence, de rire et frémir en écoutant Contes et légendes du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les pêcheurs Martin et Fernand inspirent l'auteur français... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.0

Agrandir

Les pêcheurs Martin et Fernand inspirent l'auteur français Bernard avec des contes et légendes du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

La soirée de jeudi avait plus des... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 3.1

Agrandir

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

«Bienvenue au premier théâtre d'automne du Saguenay-Lac-Saint-Jean!», a lancé à la blague l'auteur et metteur en scène Jimmy Doucet, avant la pièce jouée en plein air par une douzaine de comédiens amateurs et professionnels. Foulards et couvertures étaient de mise pour les personnes assises dans les estrades, où un toit a été aménagé en cas de pluie. Ce n'était heureusement pas le cas pour la première de la troisième saison du théâtre d'été, qui présentait une pièce différente des années précédentes.

Pendant un peu plus d'une heure, les spectateurs se sont transformés en voisins de la famille des pêcheurs Fernand et Martin, qui accueillent un auteur français en panne d'inspiration dans leur camp de trois étages. Bernard, qui fait rire la foule avec ses «ça me fout les jetons», «les mecs» et autres expressions typiques, se fera raconter des histoires de loups-garous, de monstre tapi au fond du lac Saint-Jean et de pirates. 

Le public aussi redécouvre les légendes régionales, comme la pouceuse fantôme du parc des Laurentides, la danse endiablée du bal Musette ou le miracle de la statue Notre-Dame-du-Saguenay, qui ont été quelque peu déformées. L'auteur invite d'ailleurs les visiteurs à aller lire les «vraies histoires qui se cachent derrière les sketchs». 

Les rires ont retenti souvent dans les estrades pleines, parfois juste à voir l'accoutrement des comédiens. Les effets sonores et d'accessoires réussissent à surprendre malgré leur simplicité. Même si les enfants de moins de huit ans peuvent assister à la pièce gratuitement, il vaudrait peut-être mieux éviter d'amener les bébés si on ne veut pas les apeurer, pleurs entendus à l'appui. La pièce reste une sortie familiale, surtout que des enfants et même une grand-maman montent sur scène.

Le décor de la maison coupée en deux a aussi été retapé et les comédiens utilisent brillamment l'espace, en oubliant complètement le quatrième mur comme on dit au théâtre. On n'en attend pas moins quand on tranche une demeure pour montrer son intérieur.

Le spectacle est issu de la Route des 1001 histoires, présenté auparavant à Dolbeau-Mistassini, mais environ 60% du contenu a été changé. Il fait partie de la Route des légendes, qui regroupe des productions estivales dans cette même ville, ainsi qu'à La Doré et Saint-Eugène-d'Argentenay. 

Chaque jeudi et vendredi jusqu'au 19 août, il est possible de se divertir au 251 rue Saguenay à Saint-Fulgence moyennant 15$, mais il est préférable de réserver d'abord à L'Auberge la Tourelle du Fjord au 418 815-3619 ou par Internet (www.inscriptionenligne.ca/maisoncoupeeen2).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer