• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Premier festival Cinédrones à Alma: l'appel ouvert 

Premier festival Cinédrones à Alma: l'appel ouvert

Le cinéaste Jean-Marc E. Roy, la gestionnaire de... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le cinéaste Jean-Marc E. Roy, la gestionnaire de projets du Centre d'excellence des drones (CED), Marie-Joëlle Turcotte, le maire d'Alma, Marc Asselin, le député fédéral, Denis Lebel, et le directeur général du CED, Marc Moffatt, ont annoncé l'appel de films pour le festival Cinédrones, mercredi matin.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Celui connu pour ses rôles dans Highlander, Greystoke : la légende de Tarzan et Subway n'était évidemment pas présent à la conférence de presse, mercredi matin, au Cinéma du Complexe Jacques-Gagnon, pour annoncer l'appel de films ouvert jusqu'au 10 octobre. Également président d'honneur de la première édition à Bordeaux en 2015, il devrait être de la partie au Lac-Saint-Jean les 11 et 12 novembre prochains et a tenu à adresser quelques mots par écrit.

« Le festival international Cinédrones valorise le savoir-faire de l'industrie cinématographique et audiovisuelle qui emploie les drones comme outils de création. En tant que passionné d'aviation et de nouvelles technologies, je trouve tout à fait fascinant de constater l'immense potentiel des drones », a fait part l'acteur et producteur.

L'événement s'exporte à Alma, une première canadienne, grâce à une entente de trois ans entre le Centre d'excellence des drones (CED) et Bordeaux Technowest, qui reprendra l'organisation en sol français l'an prochain avant que le festival revienne en terre jeannoise en 2018.

« Nous sommes convaincus que cette édition québécoise sera un immense succès encore plus important sans doute que celui que nous avons connu ici l'an dernier », a déclaré par voie de vidéo le président de Bordeaux Technowest et maire de Saint-Médard-en-Jalles, Jacques Mangon.

Déjà, une centaine de courts métrages d'au maximum quinze minutes ont été remis via la plateforme www.filmfreeway.com, parmi les catégories Fiction, Documentaire, sport et patrimoine, Vidéoclip, Publicité, Film d'entreprise et Course de drones en immersion. Un prix sera remis dans chacune d'entre elles, en plus du choix du public et de celui des internautes. Une trentaine de films seront diffusés au grand public, qui pourra aussi participer à des conférences et des ateliers.

Participant au lancement, le député conservateur de Lac-Saint-Jean Denis Lebel s'est montré « emballé » que le côté artistique des drones soit aussi présenté, alors que leur utilité militaire ou commerciale est plus souvent discutée.

Le maire Marc Asselin a souligné les « liens très étroits » tissés avec Bordeaux, grâce notamment au Consortium international de sites de tests aéronautiques. Le CED, créé en 2011, a permis de positionner la région en avant-plan dans le nouveau créneau des drones.

Une révolution technique et artistique

Membre du jury du festival Cinédrones, le réalisateur saguenéen Jean-Marc E. Roy croit que les appareils télépilotés font entrer l'industrie du cinéma « dans une nouvelle ère » en permettant l'accès à de l'équipement professionnel à moindre coût pour produire des vues aériennes.

« Ça change profondément la manière de penser et de concevoir un film. On n'a plus besoin de louer un hélicoptère, donne-t-il en exemple. Les images captées par des drones sont déjà présentes dans plusieurs films et séries télévisées. Le public s'y attend même. »

Le cinéaste derrière notamment Bleu Tonnerre, Jupiter Applause et Nevermind avoue qu'il n'a pas encore eu l'occasion d'intégrer des vues aériennes filmées par un appareil télépiloté dans ses réalisations. « Il faut que ce soit bien dosé et que ça serve l'histoire », nuance Jean-Marc E. Roy.

Le Saguenéen est convaincu que la région a tout ce qu'il faut pour aller de l'avant dans l'industrie des drones, et que les cinéastes d'ici doivent en profiter. Au Québec, les appareils sont plus utilisés pour les publicités, selon lui. « C'est en train de prendre sa place. »

Jean-Marc E. Roy se réjouit également que les réalisateurs puissent profiter d'une plateforme supplémentaire pour faire voir leurs films.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer