Farces médiévales au goût du jour

En optant pour des décors et un éclairage... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

En optant pour des décors et un éclairage minimalistes, Dario Larouche, metteur en scène et scénographe, a choisi de mettre l'accent sur les performances des comédiens.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Le Théâtre 100 Masques propose un trio de farces médiévales dans le Bâtiment 1912 de La Pulperie de Chicoutimi. Trois farces d'auteurs anonymes écrites en France autour des années 1420 qui font la démonstration que l'humour et la bêtise humaine d'hier et d'aujourd'hui sont bien plus près qu'on ne pourrait le penser.

En collaboration avec La Pulperie, le Théâtre 100 Masques s'installe au Bâtiment 1912 pour présenter sa 18e production estivale. Le magnifique site se prête toujours bien au théâtre, mais cet été, c'est sans contredit la performance des quatre acteurs réunis sur ses planches qui retiendra l'attention du public.

Dario Larouche, à la mise en scène et à la conception de la scénographie, a choisi de miser sur le jeu des comédiens. Le décor est simple, les effets sonores et d'éclairage réduits à leur plus simple expression, le rendu des pièces dépend largement de leur performance. Un pari relevé de main de maître. La distribution composée d'Éric Chalifour, Mélanie Potvin, Sophie Larouche et Gervais Arcand, livre grandement la marchandise.

Le Théâtre 100 Masques propose un trio... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Le Théâtre 100 Masques propose un trio... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.1

Agrandir

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Complices

Le quatuor joue d'abord La farce du pâté et de la tarte. D'une durée d'environ 30 minutes, la pièce met en scène deux complices affamés prêts à tout pour mettre la main sur le pâté du pâtissier. Une histoire amusante, mais surtout, un véritable marathon de la grimace pour les comédiens.

Cette première farce met également en lumière les superbes costumes de Mélanie Potvin. Les personnages aux dents noircies ont véritablement l'air sales avec leurs couches de vêtements rapiécés et leurs cheveux ébouriffés.

La farce du cuvier raconte ensuite l'histoire d'un homme tyrannisé par son épouse et sa belle-mère qui saisit l'occasion de se venger.

Puis La farce du pet, pièce des plus burlesques, amène jusqu'en cour l'histoire d'un vent odorant qui sème la chicane entre des époux.

Choix judicieux

Chaque pièce est suivie d'une pause de 15 minutes, ce qui permet de rendre le tout encore plus léger. Un choix judicieux.

Mardi soir, chaque pièce a suscité des rires, parfois discrets, parfois forts, mais bien sincères. Le public a saisi l'occasion de se détendre et de profiter d'une soirée d'été (à l'abri de la pluie!). N'est-ce pas là ce qu'on attend du théâtre estival?

Le trio de pièces sera présenté tous les mardis et mercredis à 20h30, jusqu'au 24 août.

Le coût des billets est de 22$ pour un adulte, 19$ pour un étudiant et de 14$ pour un enfant de 6 à 17 ans, taxes incluses. Le prix du billet est également de 19$ par personne pour les groupes de 15 personnes ou plus.

Pour informations et réservation: 418 698-3100 poste 1318, ou www.pulperie.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer