Une 2e édition plus festive

Bob Bissonnette... (Photo courtoisie)

Agrandir

Bob Bissonnette

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'événement Les 50 heures de la Saint-Jean au Saguenay mise sur des groupes « beaucoup plus festifs » pour sa deuxième édition, les 23 et 24 juin, à Saint-Honoré, avec Bob Bissonnette et Québec Redneck Bluegrass Project comme têtes d'affiche.

« L'an dernier, on avait une tendance un peu plus pop pour plaire à M. et Mme Tout-le-Monde. Là, on a décidé d'avoir plus une ambiance de festival, presque party animal. Notre clientèle cible est les 18-35 ans. La compétition est féroce à la Saint-Jean-Baptise, il y a plusieurs fêtes de quartier subventionnées, mais il n'y a presque rien pour cette tranche d'âge », explique le promoteur Nicolas Plante.

L'organisateur souhaite accueillir 4000 personnes sur le site, un champ du domaine La Martingale sur le chemin du Lac. En 2015, environ 2000 festivaliers s'étaient présentés. « On a déjà presque 1000 billets vendus en prévente, c'est excellent. La première année, on y avait vraiment goûté avec la météo avec 50 mm de pluie, des vents de 80 km/h et une température de 10 degrés. Là, on espère être un peu plus chanceux! »

Quatre groupes de la région

Les spectacles musicaux, une quinzaine au total, commencent à 20 h 30 le jeudi et 13 h le vendredi, pour se terminer au petit matin.

L'organisation a aussi tenu à inviter quatre groupes de la région, soit Orloge Simard, Les Pistolets roses, BIG 3 et FanterA, un hommage à PanterA. « Même s'il y a d'autres festivals au Québec, on a réussi à avoir presque tout le monde qu'on voulait en s'y prenant très tôt », assure Nicolas Plante.

La sécurité demeure très importante pour les organisateurs, poursuit-il. « Avant, il y avait plusieurs partys clandestins qui se faisaient à gauche et à droite. On veut être un lieu de rassemblement pour tous ces gens et les encadrer. On travaille de pair avec la Sûreté du Québec, la municipalité, des organismes communautaires, des travailleurs de rue, des premiers répondants... On a aussi engagé des agents de sécurité. Et comme on se trouve dans un grand champ, il n'y a pas grand-chose à briser! »

Les 50 heures de la Saint-Jean se veulent aussi un événement « abordable et accessible ». Le mot d'ordre a été donné aux camions de bouffe de rue pour offrir des repas « pas trop dispendieux » et les bières seront vendues à moins de trois dollars. Le forfait coûte 35 $ pour les deux jours de spectacles et 45 $ pour inclure le camping.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer