Des élèves choyés

Cette petite équipe, formée de passionnés de chevaux... (Le Quotidien, Mélissa Viau)

Agrandir

Cette petite équipe, formée de passionnés de chevaux et de théâtre, relève un défi de taille.

Le Quotidien, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélissa Viau
Le Quotidien

En plein rodage de son tout nouveau spectacle, le site de la Nouvelle-France de Saint-Félix-d'Otis aura permis à plus de 1200 jeunes d'être les premiers privilégiés à voir le conte équin Les filles de la forêt. Lors du passage du Quotidien, 78 enfants de quatrième année de l'école Saint-Joseph d'Alma assistaient à la sixième représentation.

À entendre les expressions du jeune auditoire, franc et spontané, tous ont été charmés par cette prestation mettant en vedette cinq artistes, un chien et six chevaux. Il faut dire que dès les premières minutes, Marie-Claude Bouillon met la table en faisant une entrée remarquée avec son superbe cheval blanc.

Personne ne peut se douter du défi de taille que relève cette équipe. «Nous avons eu une dizaine de jours pour nous pratiquer. Ce défi pour les humains est encore plus grand quand on y intègre des animaux», explique le comédien Patrice Leblanc. Dans cette création de la Luna Caballera, la directrice artistique, Marie-Claude Bouillon, avait comme mandat d'intégrer des artistes de la région, dont le comédien Patrice Leblanc et la trapéziste Valérie Villeneuve. De plus, la mise en scène et les textes ont été faits par Éric Chalifour et Martin Giguère. «On a composé une histoire autour de numéros de chevaux proposés par Marie-Claude», relate le metteur en scène Éric Chalifour. Quant à Christina Albers et Pamela Paradis, elles proviennent de l'extérieur de la région et ont été formées à la Luna Caballera qui offre des formations en art équestre tout près de Montmagny. «Je n'avais pas le temps de former deux personnes en si peu de temps, car faire de la voltige, debout, au galop sur un cheval, ça demande deux ans de travail», précise Marie-Claude Bouillon.

Depuis 1994, tous les ans, des dizaines d'écoles, de Charlevoix au Lac-Saint-Jean, choisissent le site de la Nouvelle-France pour fêter la fin des classes. Outre le spectacle mettant en vedette des chevaux, une visite guidée du site, qui recrée la vie quotidienne de la ville de Québec au 17e siècle, et un rallye permettent aux jeunes de concrétiser les apprentissages qu'ils ont faits. «À l'école, dans le cadre de leur cours d'histoire, certains ont fait des maquettes et là, ils sont épatés d'entrer dans une vraie maison longue», remarque Danny Desbiens, consultant en communication et marketing pour le site de la Nouvelle-France.

Ce spectacle, qui comblera les amateurs de chevaux, de voltiges, de théâtre et de comédie, sera présenté pendant la période touristique estivale, et ce, pendant trois ans.

Un rêve

Depuis 1999, avec la compagnie Luna Caballera, Marie-Claude Bouillon sème des rêves auprès des amoureux de chevaux. C'est du moins ce que vit Marie-Michelle Hudon au coeur de la troupe de théâtre installée sur le site de la Nouvelle France.

La jeune femme de La Baie, âgée de 17 ans, est la dernière à avoir rejoint l'équipe de Marie-Claude Bouillon. «J'aide au niveau de la logistique dans les coulisses. Je nourris les chevaux et je prépare ceux qui doivent entrer sur la scène», raconte Marie-Michelle qui adore ces majestueuses bêtes. Celle qui suit des cours d'équitation depuis trois ans au centre équestre BQH de Chicoutimi ne pensait jamais vivre ce genre d'expérience un jour.

«J'étudie en architecture, mais je sais que le domaine des chevaux m'attire vraiment», poursuit-elle. D'ailleurs, cette expérience lui permet d'avoir de nouvelles ambitions. Son travail est apprécié et très précieux pour les artistes qui courent pendant une heure entre la scène et les coulisses. «Marie-Michelle, c'est une perle! Elle est d'une gentillesse incroyable et sa patience calme tout le monde», précise le comédien Patrice Leblanc qui finit le spectacle en sueur vu le nombre imposant de changements de costumes.

Ce côté posé, elle l'a sans doute appris auprès des chevaux puisque c'est une des principales qualités à adopter quand on travaille avec les animaux. Ça... et la patience. Même pendant les petits imprévus du rodage du conte équin, Marie-Michelle n'a jamais perdu son sang froid!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer