Une infinie palette de couleurs

Plusieurs personnes se sont rassemblées au hangar de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Plusieurs personnes se sont rassemblées au hangar de la zone portuaire de Chicoutimi, mercredi soir, pour l'ouverture de la 11e édition du Symposium international de peinture et sculpture du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Depuis mercredi soir, la beauté se décline en une infinie palette de couleurs au hangar de la Zone portuaire de Chicoutimi. Jusqu'à dimanche, 31 artistes de la région, du Québec et d'ailleurs y sont réunis dans le cadre de la 11e édition du Symposium international de peinture et de sculpture du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Un événement qui gagne en renommée auprès du public comme des artistes d'année en année.

Claude Bonneau, dont les toiles se démarquent par... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Claude Bonneau, dont les toiles se démarquent par leurs couleurs, leur mouvement et leur brillance, en est à sa troisième participation à l'événement.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

L'an passé, quelque 15 000 personnes ont découvert les oeuvres présentées dans le cadre du symposium. Cette année, Gisèle Gravel, présidente, espère en accueillir beaucoup plus. «Je suis toujours très exigeante. J'ai de la difficulté à comprendre comment je pouvais avoir 10 000 visiteurs dans un symposium à Baie-Comeau et ne pas en avoir 25 000 dans une grande région comme la nôtre», affirme celle qui peut compter sur une centaine de bénévoles pour veiller au bon déroulement de l'événement. «Je veux que ça devienne un incontournable pour les artistes et le public.»

Pour leur part, les artistes rencontrés sur place mercredi soir étaient déjà sous le charme. Chacun a apporté quatre oeuvres. Il doit ensuite créer sur place afin de garnir son kiosque.

Il y a plus de 10 ans, la maladie a forcé Raymonde Perron à fermer le grand atelier qu'elle avait ouvert sur la rive sud de Montréal. Elle s'est installée en pleine nature, à St-Sauveur. Celle qui ne devait vivre que quelque mois a repris le dessus. Elle a ouvert un petit atelier où elle peut toujours créer, inspirée par la nature. «Je me suis dit que si je devais mourir, il fallait que je transmette mon savoir et ma passion», raconte celle qui espérait être sélectionnée pour le symposium. «J'ai voyagé dans des symposiums à travers le monde. Maintenant, j'avais le goût de revenir au Québec. C'était important», affirme-t-elle.

L'artiste avait encore en mémoire un séjour dans la région effectué il y a plusieurs années. «L'accueil avait été incroyable. J'espérais être choisie. Depuis notre arrivée, la chaleur est au rendez-vous», assure-t-elle, souriante.

Réal Moisan est lui aussi particulièrement heureux de présenter ses toiles de style urbain à Saguenay. Originaire d'Arvida, celui qui a oeuvré dans le milieu du design d'intérieur dans la région pendant 25 ans apprécie présenter son travail chez lui. «Ça me fait un petit velours de me retrouver ici. Il y a une sélection de qualité. Je me considère bien chanceux d'être choisi parmi les exposants», souligne celui qui participe à une douzaine de symposiums chaque année.

Armé de ses spatules, l'enseignant en design d'intérieur dans une école de Laval espère échanger avec le public tout au long de l'événement. Il profite aussi de l'occasion pour voir des membres de sa famille, notamment son oncle, Omer Moisan. «C'est lui qui m'a amené dans le bois pour peindre lorsque j'étais haut comme trois pommes. Il m'a transmis sa passion.»

Claude Bonneau, dont les toiles se démarquent par leurs couleurs, leur mouvement et leur brillance, en est pour sa part à sa troisième participation à l'événement.

L'artiste de Baie-Comeau, qui a pris part à des symposiums partout, estime que celui de la région est l'un des plus beaux au Québec. «C'est un de ceux que tout le monde aime faire. Quand on peut y venir, on est très content d'être invité, d'autant plus que ça se déroule dans un site enchanteur», affirme celui qui aime particulièrement peindre des danseurs et des musiciens, pour le mouvement que ça lui permet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer