De drôles de personnages à La Pulperie

Voici la belle brochette d'humanité qui sévira à... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Voici la belle brochette d'humanité qui sévira à La Pulperie cet été, gracieuseté du Théâtre 100 Masques. Il s'agit des personnages incarnés par Gervais Arcand, Sophie Larouche, Éric Chalifour et Mélanie Potvin dans le cadre du spectacle intitulé Un trio de farces médiévales.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Ils ont une drôle d'allure avec leurs cheveux raides comme une vieille moppe et leurs dents qui ne dépareraient pas dans la gueule d'un hippopotame. Les quatre personnages présents au Jardin des Vestiges, mercredi, à la faveur d'une rencontre de presse convoquée par la Pulperie de Chicoutimi, ne sont pas à la veille de hanter le festival Panache.

Incarnés par Sophie Larouche, Mélanie Potvin, Gervais Arcand et Éric Chalifour, ces individus constituent la grande nouveauté de la programmation estivale sur le site. Après un an d'absence, en effet, le théâtre reviendra par le truchement d'Un trio de farces médiévales, une production du Théâtre 100 Masques offerte du 5 juillet au 24 août.

Les spectateurs découvriront trois oeuvres conçues en France au 15e siècle: La farce du cuvier, La farce du pet et La farce du pâté et de la tarte. Elles seront présentées les mardis et mercredis à 20 h 30, à l'intérieur du Bâtiment 1912.

«Ce qui faisait rire les gens à l'époque est proche de la forme d'humour pratiquée chez nous par la Poune et Manda Parent. Ce sont des histoires de belles-mères, des chicanes de couples, des femmes qui dominent leur mari. C'est très drôle», affirme le directeur général et artistique du Théâtre 100 Masques, Dario Larouche.

Deux extraits présentés par les comédiens montrent pourquoi de telles oeuvres amusaient le commun des mortels. Jouées sur les places publiques, loin des châteaux et de la cour, elles mettent en scène des personnages âpres au gain, d'autant qu'ils vivent dans un état de misère absolue. Certains sont détestables, d'autres niais ou bonasses.

«C'est la première fois depuis la fondation de la compagnie que nous ne passons pas l'été à la Salle Murdock. Nous sommes heureux de planter nos pénates à La Pulperie avec trois textes truculents, le burlesque du moyen âge», souligne Dario Larouche.

Humour, films et chant

Un autre changement dans la programmation de La Pulperie porte sur les spectacles d'humour. Au lieu d'en présenter trois mettant en vedettes des artistes de la relève, comme ce fut le cas en 2015, la direction a opté pour un unique rendez-vous. Il aura lieu le 17 juillet, alors que François Massicotte proposera des numéros inédits.

Lui aussi se produira au Bâtiment 1912, là même où, le lundi soir, on perpétuera la tradition du Ciné-Pulpe. Sept programmes accessibles gratuitement figureront à l'agenda, du 11 juillet au 22 août. «Il y a 250 places et souvent, c'est complet», rapporte Rémi Lavoie, le directeur général adjoint de La Pulperie.

Les jeudis, eux, seront consacrés à l'art vocal. Entre le 21 juillet et le 25 août, Mario Vézina reviendra avec cinq spectacles faisant la part belle aux crooners, à la chanson francophone, à la relève, ainsi qu'au country, toujours à 19 h. Le premier rendez-vous permettra d'entendre Sophia-Rose Boulanger, qui a participé à l'émission La Voix.

«C'est ma quatrième saison et je trouve incroyable de voir des gens arriver dès 18 h afin d'avoir les meilleures places», raconte Mario Vézina. Une fois de plus, on parle d'une activité gratuite, ce qui est aussi le cas des Destinations lyriques, une initiative de la Société d'art lyrique du Royaume.

La nouvelle directrice générale de cet organisme, Sabrina Ruiz-Bourassa, a annoncé que des programmes seront offerts le 17 juillet et le 11 août, à 20 h 30. Dans les deux cas, on retrouvera des artisans du Barbier de Séville, l'excellent opéra qui a été présenté l'hiver dernier, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

Accompagnée par le pianiste Perri Lo, la mezzo-soprano originaire de Chambord interprétera des mélodies inspirées par l'Espagne à l'occasion du rendez-vous initial. De son côté, le Groupe vocal Éklectik abordera les répertoires anglais et français, tout en faisant un détour vers les «barbershop quartets».

Signalons que l'un de ses membres, le baryton Robert Huard, a aussi participé au Barbier de Séville. Il campait le rôle de Bartholo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer