Tout a commencé à Saint-Ambroise

Mathilde Laurier a fait fi du vent qui... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Mathilde Laurier a fait fi du vent qui désaccordait sa guitare, vendredi après-midi, afin de partager un bout de son univers avec les spectateurs rassemblés sur la terrasse du restaurant Le Bateau, dans le cadre du Festival de la chanson de Tadoussac.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

«Si je n'avais pas eu le Festival de la chanson de Saint-Ambroise, je ne sais pas ce que j'aurais fait de mon année», laisse échapper Mathilde Laurier au fil de la conversation. Couronnée dans la catégorie auteur-compositeur-interprète l'été dernier, elle a reçu tellement de prix reliés à ce concours que sa carrière naissante présente de belles couleurs.

L'une des retombées tient à sa présence à Tadoussac depuis une semaine, dans le contexte du Festival de la chanson. En compagnie de sept camarades, l'artiste originaire de L'Assomption fait partie des Chemins d'écriture. Ces ateliers animés par l'inusable Xavier Lacouture sont couronnés par une série de spectacles donnés en groupe, donc celui auquel le représentant du Quotidien a assisté vendredi après-midi, sur la terrasse du restaurant Le Bateau.

La vue sur la baie y est magnifique, mais le vent incessant a compliqué la tâche des artistes, surtout les guitaristes comme Mathilde Laurier. Comme à Saint-Ambroise, où elle s'était présentée avec seulement trois chansons dans sa manche, la jeune femme a quand même réussi à établir le contact avec le public et à partager des tranches de vie parfois très intimes.

Ainsi en est-il de La reine des couvertes, une ballade folk évoquant avec humour la vie avec sa blonde. Le couple constitue d'ailleurs une source d'inspiration privilégiée, comme l'avait constaté le public du Festival de la chanson de Saint-Ambroise. En plus de La reine des couvertes, il était tombé sous le charme de Je t'aime trop et Une bête dans ma tête.

Une autre des conséquences heureuses de sa victoire fut l'enregistrement de ces trois pièces, lesquelles sont maintenant disponibles sur Bandcamp. Le fait que des étrangers achètent ses chansons lui semble toujours incongru.

Néanmoins, elle a profité des Chemins d'écriture pour améliorer son processus créatif et faire naître d'autres textes en vue de la production d'un EP. «J'ai de la difficulté à trouver mes sujets et justement, on m'a donné des trucs pour que ça débloque», rapporte Mathilde Laurier.

Après son séjour à Tadoussac, où elle se produira une dernière fois samedi à 13h 30, toujours au Bateau, l'artiste préparera la prochaine grande affaire dans sa vie: sa participation au festival Jonquière en musique. Le 1er juillet, on la verra chanter en première partie de Roch Voisine. «J'aurai 35 minutes et ce sera ''full band''. J'arriverai avec de nouvelles compositions», annonce la chanteuse.

Trois autres sorties auront lieu en août, toujours dans la foulée de son triomphe à Saint-Ambroise. Le 3, Mathilde Laurier fera un plateau double avec Pierre-Hervé Goulet, au bar O Soleil de Saint-Gédéon. Le 12, elle et les autres lauréats de l'édition 2015 ouvriront pour Robert Charlebois, à l'occasion du Festival de la chanson (rappelons que cet événement aura lieu du 8 au 13 août).

Cette séquence fructueuse se poursuivra le 13 août, à l'Auberge Île du Repos de Péribonka. Cette fois, ce sera encore plus spécial, puisqu'elle précédera son artiste préférée, Marie-Pier Arthur. Comme celle-ci était libre de la prendre ou non, sa joie fut grande lorsqu'on a confirmé sa participation.

Pour toutes ces raisons, elle se félicite d'avoir bifurqué vers la chanson après des débuts encourageants en tant qu'humoriste. Et de s'être rendue à Saint-Ambroise, ce lieu peu familier, à l'été 2015. «Ça a été un tournant dans ma vie», confirme Mathilde Laurier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer