Steve Veilleux, de Kaïn à Godin

Steve Veilleux... (Photo courtoisie Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Steve Veilleux

Photo courtoisie Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

« Ma gang de Kaïn ne comprend pas ce que j'ai fait, tandis qu'à gauche, ils se sont laissés prendre au jeu. Ça me fait rire, les étiquettes, parce que je suis capable de faire des trucs artistiques différents. Gauche, droite : je suis ambidextre », lance Steve Veilleux en riant.

Le chanteur chérit sa liberté, celle qui lui permet d'animer des soirées festives avec son groupe, depuis une quinzaine d'années, et celle qui a mené à la création de l'album T'en souviens-tu encore, Godin ? , son hommage au poète, journaliste et politicien Gérald Godin. Pourquoi mettre des oeillères quand l'horizon est infini ?

Les textes mis en musique par Steve Veilleux rappellent qu'il n'y a pas si longtemps, le joual ne constituait pas un objet de honte. La langue est crue, éloquente, souvent baveuse et tellement proche de ce que fut l'homme atypique dont le leader de Kaïn perpétue la mémoire.

« La fierté de son joual, ça me parle. J'aime aussi son côté rassembleur, le fait que Godin pouvait aller à la taverne pour prendre le pouls des ouvriers et, le lendemain, parler à des ministres. Il prônait aussi le multiculturalisme dans un creuset francophone », fait observer Steve Veilleux.

Il assimile l'album à un bel accident, puisque son intention première consistait à tourner un documentaire sur la classe ouvrière. Ça aurait été un clin d'oeil adressé à son père qui travaillait dans une fonderie, mais le projet a bifurqué à la suggestion d'un professeur de cinéma qui lui a suggéré de lire du Godin.

« Je suis tombé sur le cul et rapidement, j'ai fait des essais musicaux à partir de ses Cantouques. Parfois, il suffisait d'une lecture pour qu'un rythme s'installe. Il y a des pièces qui sont très rock, d'autres plus dépouillées », rapporte le chanteur.

Autre surprise : ce projet qui ne devait pas être porté à la scène le tient occupé. Une trentaine de représentations figurent au programme, la prochaine étant prévue pour le 9 juin, à l'occasion du Festival de la chanson de Tadoussac. Ce sera la version « full band », tandis que le 9 décembre, le Côté-Cour de Jonquière accueillera la version trio.

En plus des pièces qui figurent sur l'album, Steve Veilleux lit des lettres échangées par Godin et Pauline Julien, sa compagne au long cours. Des classiques de Gilles Vigneault, Félix Leclerc et Richard Desjardins, entre autres, font aussi partie du spectacle.

« Le contenu reste d'actualité, fait valoir le chanteur. C'est rassembleur et pertinent parce que la poésie de Godin est tellement proche de nous. »

Le groupe remonte sur scène

Trois années se sont écoulées depuis la sortie de l'album Pleurer pour rire. Dans la foulée du lancement, Kaïn a bouclé une tournée québécoise qui, croyait-on, était terminée depuis la participation du groupe à l'événement Drummondville sur son 31, tenu dans les dernières heures de 2015.

Les membres avaient même annoncé qu'ils s'accordaient une pause d'une durée indéfinie, la première en 15 ans. C'est cette fenêtre de liberté qui a permis au chanteur Steve Veilleux d'enregistrer l'album T'en souviens-tu, Godin ? , puis de promener les textes du poète sur les routes de la province.

Au fil des entrevues, il a invoqué la nécessité pour Kaïn de reprendre son souffle, laissant même planer la possibilité d'une dissolution. Or, voici qu'apparaissent des dates sur le site du groupe, des rendez-vous estivaux étalés du 18 juin au 20 août.

« On fait une douzaine de festivals, ce qui n'était pas censé se produire. L'affaire, c'est qu'on est un groupe de scène. On a de la misère à demeurer complètement abstinents », a expliqué Steve Veilleux au cours d'une entrevue accordée au Quotidien.

Reconnaissant qu'il était « important de vivre autre chose, de sortir la tête de l'eau », ce qui a justifié le congé amorcé en janvier, le chanteur précise que les relations sont restées cordiales tout du long. C'est ce dont témoigne la virée estivale qui, à l'en croire, ne sera pas une tournée d'adieu.

« Plus tard, nous irons en studio. De nouvelles chansons sont déjà écrites », révèle ainsi la voix de Kaïn. À défaut de le voir cet été, puisqu'aucune escale n'est prévue au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les fans d'ici peuvent donc entretenir l'espoir d'un retour sur disque, Comme dans l'temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer