• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Tremplin de Dégelis: la triple couronne de Carol-Ann 

Tremplin de Dégelis: la triple couronne de Carol-Ann

Caroll-Ann Émond a remporté le premier prix dans... (Photo courtoisie, Chantale Hamel)

Agrandir

Caroll-Ann Émond a remporté le premier prix dans la catégorie Interprète 18 ans et plus, dimanche, au Tremplin de Dégelis. Il s'agissait du troisième triomphe de la Baieriveraine dans un concours de chant.

Photo courtoisie, Chantale Hamel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Après avoir remporté des premiers prix à Trois-Pistoles, ainsi qu'au Festival de la chanson de Saint-Ambroise, la Baieriveraine Caroll-Ann Émond vient d'ajouter un troisième joyau à sa couronne. Elle a triomphé dimanche, dans la catégorie Interprète 18 ans et plus, à l'occasion du Tremplin de Dégelis.

Caroll-Ann Émond a remporté le premier prix dans... (Photo courtoisie, Chantale Hamel) - image 1.0

Agrandir

Caroll-Ann Émond a remporté le premier prix dans la catégorie Interprète 18 ans et plus, dimanche, au Tremplin de Dégelis. Il s'agissait du troisième triomphe de la Baieriveraine dans un concours de chant.

Photo courtoisie, Chantale Hamel

Pour avoir accès à cet événement d'envergure provinciale, l'artiste a d'abord survécu à la présélection opérée parmi les 16 candidats. Elle a ensuite dominé la demi-finale tenue le 19 mai grâce à deux pièces contrastées. L'une d'elles est de Jo Bocan, une version intimiste de Repartir à zéro. L'autre, popularisée par Édith Piaf, se nomme Johnny.

« C'est Claude Boutin, directeur artistique à Saint-Ambroise, qui m'avait suggéré de reprendre Johnny. Ça adonne bien parce que j'aime faire des choses qui sont tombées dans l'oubli et les mettre à ma main », a raconté Caroll-Ann Émond mardi, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

Ce qui est particulier chez elle, c'est le fait que dans un concours, son objectif premier consiste à obtenir une nouvelle chance de chanter devant un public. C'est pour cette raison qu'une fois rendue en finale, la jeune femme était déjà contente de son sort.

Elle était également consciente du calibre de ses rivaux, Florence Langevin, de Sainte-Julie, et Jérémie Roy, de Varennes. « Juste de faire la finale, pour moi, c'était le summum. Il y avait beaucoup de talent », souligne Caroll-Ann Émond.

Tenue devant une salle comble au centre sportif local, ce qui représentait quelque chose comme 700 à 800 personnes, l'ultime épreuve lui a permis d'introduire une pièce découverte, elle aussi, lors de sa dernière présence à Saint-Ambroise. Écrite par Geneviève Morissette, elle a pour titre Ça veut pu.

« Il s'agit d'une ballade que je reprenais pour la deuxième fois seulement à Dégelis. J'étais prête et j'ai savouré chaque seconde », relate Caroll-Ann Émond. Sa performance lui a valu une bourse de 1500 $ qui s'est ajoutée au montant de 150 $ récolté dans la première ronde.

Le plus important, toutefois, c'est le surcroît de confiance et de motivation qui a découlé de sa participation au concours. « J'ai eu un gros "boost" », résume la chanteuse. Elle fait allusion à ce qui s'est passé sur la scène, mais également dans les jours qui ont précédé la finale, ponctués par une série d'ateliers.

Celui qu'a animé Yves Marchand, du groupe Zébulon, fut particulièrement éclairant. Consacré à l'écriture, il a mené à la production de quelques textes, une expérience d'autant plus pertinente que la Baieriveraine amorce une transition. Ayant gagné trois fois chez les interprètes, elle doit désormais cibler la catégorie Auteur-compositeur-interprète.

« Je veux commencer à écrire des chansons pour continuer à faire des concours. Comme je détiens un baccalauréat en littérature, je sais que je peux y arriver et c'est là-dessus que je vais travailler dans les prochains mois », annonce Caroll-Ann Émond.

Tout en assumant la fonction d'éducatrice au CPE Alouette de la Base de Bagotville, la jeune femme n'a pas renoncé à la possibilité de vivre de son art, en effet. La flamme qui brille au fond de son coeur a été ravivée à Dégelis, d'où son désir d'aller au bout de ce rêve qui, depuis dimanche, semble un peu moins utopique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer