Le FIRM accueillera The Cat Empire

Myriam Gagnon, présidente, Chantal Boivin, directrice de la... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Myriam Gagnon, présidente, Chantal Boivin, directrice de la logistique, Corinne Gilbert, adjointe administrative, Robert Hakim, directeur général, Marie-Kim Bouchard, coordonnatrice des communications et du marketing, ainsi que Sylvie Boissonneault, membre du conseil d'administration, ont participé au dévoilement de la programmation du Festival international des Rythmes du Monde, mercredi. La tête d'affiche sera le groupe australien The Cat Empire.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

The Cat Empire constituera la tête d'affiche du Festival international des Rythmes du Monde (FIRM).

Accompagné de la présidente du conseil d'administration, Myriam... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Accompagné de la présidente du conseil d'administration, Myriam Gagnon, le directeur général du Festival international des Rythmes du Monde, Robert Hakim, a présenté la programmation de l'édition 2016 mercredi, lors d'une rencontre de presse tenue à Chicoutimi.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Présentée au centre-ville de Chicoutimi du 10 au 13 août, la 14e édition accueillera pour la première fois cette formation australienne dont la musique festive cadre bien avec la philosophie de l'événement.

« Il s'agira du seul spectacle gratuit que le groupe donnera au Québec. Pour le voir à Osheaga ou au Festival du Bout du Monde, il faudra payer », a souligné Chantal Boivin, directrice de la logistique, au cours d'une rencontre de presse tenue mercredi, au restaurant Le Merlin.

C'est le 11 août que The Cat Empire se pointera sur la grande scène dressée dans le voisinage de la cathédrale. Plus tôt en soirée, à l'angle des rues Racine et Labrecque, il sera possible de voir le groupe Busty And The Bass, qui a fait grande impression à la Bourse Rideau, ainsi que le Jeannois Olivier Langevin et ses camarades de Galaxie.

« The Cat Empire constitue mon coup de coeur. On les a accrochés pendant leur tournée », a commenté le directeur général du FIRM, Robert Hakim. Il mise sur la formation au rayonnement planétaire, dont on célèbre le 15e anniversaire cette année, pour atteindre la cible de 150 000 à 175 000 personnes établie par le comité organisateur.

Dans cette perspective, le festival se réjouit de pouvoir compter sur les Cowboys Fringants, un autre aimant à public. Ils clôtureront la soirée du 10 août, laquelle aura été lancée par le groupe français Epsylon, ainsi qu'Élage Diouf, un musicien d'origine sénégalaise.

« Les Cowboys en seront à leur deuxième visite. La première fois, ils avaient établi un record de fréquentation », fait observer Robert Hakim, dont l'autre arme de distraction massive sera le spectacle monté par Normand Brathwaite, la percussionniste Mélissa Lavergne et l'entourage de l'émission de télévision Belle et Bum.

« Ils ont dressé la liste des invités en tenant compte de notre désir de revoir des artistes ayant joué sur la grande scène. C'est ainsi que nous reverrons des gens comme Lynda Thalie et Zale Seck, de même que Carlos Placeres », note le directeur général. En lever de rideau, ce soir-là, on retrouvera The Cuban Martinez Show, un autre habitué du FIRM.

Quant à la programmation du 12 août, on savait déjà qu'elle ménagerait une place à Ariane Moffatt. Celle-ci ajoutera un chapitre à la tournée découlant de l'album 22h22, tandis que l'un de ses complices, Élie Haroun, chantera un peu plus tôt, tout comme le Canadien originaire du Mozambique, Samito.

Deux changements

Pendant la rencontre de presse, le comité organisateur a rappelé que le festival ne durera que quatre jours, au lieu de s'étendre sur deux semaines, afin de résorber son déficit accumulé. On parle d'une ardoise de 400 000 $ qui, selon toute vraisemblance, aura été ramenée à 50 000 $, une somme nettement plus facile à gérer.

Dès 2017, cependant, le FIRM entend redéployer ses ailes à hauteur de dix à 14 jours, ce qui permettrait de souligner dignement ses 15 ans. « Je précise toutefois que le budget de la présente édition s'élève à 900 000 $, soit la même chose que l'an dernier. Là-dessus, il y a 600 000 $ provenant des commanditaires », mentionne Robert Hakim.

La fidélité de ces partenaires le rassure, mais il reste à voir comment le public répondra. Si la question se pose, c'est en raison du moment où la 14e édition sera présentée. Pour la première fois, on a renoncé aux vacances de la construction.

Il y a là un risque calculé, laisse entendre le directeur général. « On est sortis de notre zone de confort. Tout en conservant les touristes, on pense que plus de gens de la région assisteront aux spectacles, énonce-t-il. Souvent, on en perdait parce qu'ils profitaient du congé pour partir en voyage. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer