Julie Boulianne s'offrira un double plaisir

Julie Boulianne aime donner des récitals et chanter... (Photo courtoisie, Martin Boucher communications)

Agrandir

Julie Boulianne aime donner des récitals et chanter devant les siens, deux plaisirs qui se conjugueront au même temps samedi soir, alors que la mezzo-soprano se produira à Dolbeau-Mistasssini.

Photo courtoisie, Martin Boucher communications

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

La mezzo-soprano Julie Boulianne se sentira doublement privilégiée, samedi à 20 h, lorsqu'elle se présentera à la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini en compagnie du pianiste Olivier Godin.

Donner un récital constitue en effet un luxe, de son propre aveu. Et c'est encore plus agréable de le faire dans sa ville natale.

« Je participe plus fréquemment à des opéras et des concerts. Pour avoir la chance de faire des récitals, il faut d'abord se bâtir un nom », a expliqué l'interprète mercredi, au cours d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Rompue à cet exercice, Julie Boulianne apprécie la liberté qu'il lui accorde, celle d'aborder de plus larges tranches du répertoire lyrique. Samedi, par exemple, le programme comprendra trois lieder de Richard Strauss et deux pièces de Bizet, des compositeurs qu'elle a rarement fréquentés à l'opéra.

La façon de chanter est différente, aussi, dans le cadre intime qu'offre le récital. « On travaille davantage dans la subtilité, indique la mezzo-soprano. Ça ne prend pas une voix très puissante, mais il faut être capable de chercher des couleurs différentes et de passer d'une tessiture à l'autre. Ça demande beaucoup d'énergie. »

Trois ans d'absence

Une autre source de contentement tient aux textes. « Je côtoie des poètes incroyables », fait observer Julie Boulianne, dont le programme accordera beaucoup d'espace au répertoire français. Outre Bizet, il adressera un clin d'oeil à Fauré, Albert Roussel, Henri Duparc et Pauline Viardot ainsi que Poulenc, à qui elle a consacré un album.

Signe que la Jeannoise n'obéit qu'à son instinct, aucun des quatre poèmes de Guillaume Apollinaire qu'elle interprétera ne figure sur cet enregistrement. On ne pourra pas l'accuser de profiter de ses apparitions publiques pour mousser les ventes.

Quant à la structure du récital, elle suit une courbe avec laquelle la mezzo-soprano se sent confortable. « La première partie favorise davantage le recueillement. Après, je m'amuse avec les gens qui auront eu le courage de rester », lance-t-elle en riant.

Ce sera sa première apparition dans la région depuis une sortie effectuée à l'été 2013, à la chapelle de Vauvert. « Je suis contente de revenir. Ça faisait longtemps », note Julie Boulianne, dont l'agenda comprend des sorties à Lisbonne, Zurich et Londres dans les prochains mois, dont une première apparition aux célèbres Proms du Royal Albert Hall.

L'Europe lui tendra aussi les bras pendant la saison 2016-2017, ce dont témoigne son retour à Toulouse cet automne, dans le Béatrice et Bénédict du Théâtre du Capitole (elle sera Béatrice). La Jeannoise se produira également à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées. « Je me concentre sur les projets qui me tiennent à coeur », résume-t-elle.

Deux disques en chantier

À défaut d'être présente physiquement, puisque sa carrière l'amène à fréquenter les grandes scènes d'Europe et d'Amérique avec assiduité, Julie Boulianne le sera grâce à la magie du disque. Deux projets figurent sur sa planche à dessin, révèle ainsi la mezzo-soprano.

L'un d'eux consiste en une intégrale Fauré. La compagnie ATMA souhaite sortir un coffret renfermant quatre albums sur lesquels on entendra quatre interprètes, dont la Jeannoise. Pour avoir une idée de ce qu'elle fera, il suffira de se pointer samedi, à son récital. Trois airs figurent au programme : Au bord de l'eau, Les Berceaux et Clair de lune.

L'autre projet, lui, met en scène l'étiquette ANALEKTA. Cette fois, c'est toute seule que Julie Boulianne reprendra des titres de Haendel et Vivaldi. « Puisque mon album consacré à Haendel et Porpora a bien fonctionné, la compagnie a voulu reprendre cette formule en intégrant du Vivaldi », explique la Jeannoise.

Elle et ses musiciens donneront un concert au début de juin, à la Salle Bourgie de Montréal. Ensuite, ils participeront à l'enregistrement proprement dit, lequel sera réalisé dans une église de la Métropole. « Le disque devrait sortir en janvier », précise la mezzo-soprano.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer