La tournée de Francis Cabrel promet

Francis Cabrel amorçait mardi soir sa tournée québécoise... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Francis Cabrel amorçait mardi soir sa tournée québécoise au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Quelque 2000 personnes se sont réunies à La Baie pour entendre Francis Cabrel mardi soir. Quelque 2000 personnes qui ont eu droit à un spectacle à la hauteur de leurs attentes. Quelque 2000 personnes qui ont accueilli chacune des pièces offertes comme un cadeau.

Francis Cabrel amorçait mardi soir sa tournée québécoise au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Avec l'accueil que lui a réservé le public saguenéen, gageons que c'est le sourire aux lèvres que l'auteur-compositeur-interprète poursuit sa route aujourd'hui.

Le public a lui aussi une bien bonne raison de se réjouir. Francis Cabrel a trouvé le dosage parfait pour offrir un spectacle coloré sans dénaturer son oeuvre.

Une prestation plus complète et convaincante que lors de son dernier passage en 2009.

Difficile même de croire qu'en 2000, un spectacle de l'artiste français avait dû être annulé faute d'un assez grand nombre de billets vendus. Mardi soir, le souvenir même de ce rendez-vous raté semblait farfelu.

Francis Cabrel est apparu sur scène à 20 h 50 devant une foule enthousiaste, après une première partie assumée de belle façon par Céleste Lévis, ancienne candidate de La Voix.

« Ce soir, la salle est presque pleine. Il fera ses chansons anciennes de sa dégaine de tombeur... », a-t-il chanté en guise d'amorce interprétant La voix du crooner , pièce qui se retrouve sur son dernier album In Extremis.

Les premières lignes ont suffi à comprendre que Cabrel était pleinement investi dans le spectacle qu'il allait offrir. Une impression qui s'est matérialisée au fil des pièces.

« Ravi de vous retrouver après tant d'années, mais vous ne changez pas », a-t-il affirmé au public conquis à l'avance.

L'éclairage fort efficace a permis de transformer les immenses panneaux de la scène au gré des pièces. C'était suffisant. Les gros effets n'étaient pas utiles. La musique, les paroles, les voix, tout y était. Le nécessaire, pas plus ni moins.

La voix de Cabrel est impeccable, à la hauteur de ce qu'on peut en attendre. Mardi soir, l'auteur-compositeur-interprète a aussi proposé à son public une prestation musicale de grande qualité. Entouré de quatre musiciens et de trois choristes, il offre un spectacle loin d'être statique, où chaque titre a sa propre facture. La polyvalence des musiciens (piano, accordéon, contrebasse, violon, « steel guitar », etc) permet d'offrir des arrangements différents d'une pièce à l'autre, un rendu toujours solide.

Le public a eu droit à un mélange de pièces issues du dernier album et des incontournables de l'artiste.

Il a notamment demandé aux choristes de s'approcher de lui pour l'interprétation toute en douceur de L'encre de tes yeux. « C'est une chanson qui se murmure plus qu'elle ne se chante », a-t-il expliqué.

Le public a chanté sur Encore et encore, pièce qui a aussi été offerte en simplicité, en compagnie des voix des trois choristes.

Il a aussi proposé Parti pour rester  avec une finale fort appréciée où seules la guitare de l'artiste, sa voix et celle de ses trois choristes ont résonné.

« C'est une chanson revisitée sur un mode un peu plus ''souple'', ''ondulant'', qui me permet de vous parler de ma nouvelle passion qui est l'expression corporelle », a-t-il affirmé avant de se laisser aller à quelques mouvements, puis à simuler un mal de dos soudain sur les premières notes de C'est écrit.

À certains moments, des « on t'aime Francis », ont fusé de la salle. L'artiste a esquissé un sourire.

Difficile pour la journaliste de quitter la salle au son des premières notes de Petite Marie, alors qu'il restait encore plusieurs minutes au spectacle. Mais qu'importe, aucun moment n'aurait permis de sortir de la salle sans regret.

Partager

À lire aussi

  • Francis Cabrel: la musique d'abord

    Arts

    Francis Cabrel: la musique d'abord

    CRITIQUE / Généreux et rigoureux, proche mais toujours quand même un peu timide, respectant une mise en scène réglée au quart de tour, soucieux de... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer