David Thibault, l'esprit d'une génération

David Thibault a eu tout un effet sur... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

David Thibault a eu tout un effet sur son public jeudi soir, au Théâtre Banque Nationale. Le jeune homme a offert des pièces qui ont marqué les années 50 et 60.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

L'effet David Thibault s'est fait sentir à Saguenay jeudi soir. Le jeune interprète d'à peine 18 ans est monté sur les planches du Théâtre Banque Nationale, transportant, en moins de deux, son public dans une autre époque.

Un regard, quelques mouvements, un micro «vintage» à la main, quelques secondes ont suffi pour mesurer l'effet que provoque David Thibault sur son public. Le jeune homme a offert plus qu'une interprétation. Sur scène, il incarne à lui seul l'esprit d'une génération.

Par son interprétation de pièces qui ont marqué les années 1950 et 1960, il permet à son public de plonger dans ses souvenirs.

David Thibault est apparu sur scène vers 21h, tout menu, dans son complet bleu. Il s'est installé derrière le micro. Y est allé de quelques pas de danse.

L'interprète, ses trois choristes et les trois musiciens d'expérience qui l'entourent rappellent l'époque d'où les pièces qu'ils offrent sont issues, des souliers en cuir vernis jusqu'aux cheveux.

«Est-ce qu'il y a des fans d'Elvis dans la salle?», a demandé le jeune homme en guise d'amorce. Le public a répondu par l'affirmative. «Ça tombe bien parce que moi aussi», a-t-il lancé avant d'entreprendre That's All Right, Mama, une de ses chansons préférées du King.

David Thibault a offert des pièces d'Elvis, mais aussi d'autres artistes qui ont marqué l'époque.

Son interprétation de Great Balls Of Fire, de Jerry Lee Lewis, a été chaudement applaudie.

Il livre une performance, autant vocalement que physiquement. David Thibault bouge bien, il est à l'aise sur une scène. Il s'amuse avec son public. Il lui offre un spectacle qui donne le sourire. Le spectacle que le public espère.

Il a profité de l'occasion pour proposer la pièce Blue Hotel de Chris Isaak qui se trouve sur son album à sortir à la fin du mois de mai. C'est aussi la pièce qui fait l'objet de son premier vidéoclip.

Il a aussi opté pour un «medley» de chansons de Johnny Halliday, «un monument de la musique française» qu'il a pu rencontrer lorsqu'il était en France, lui qui a été finaliste de l'équipe de Mika l'an dernier à The Voice. Le public a eu droit à Toute la musique que j'aime, Les portes du pénitencier, Jusqu'à minuit et Noir c'est noir.

«J'ai envie d'être un peu plus intime avec vous, a-t-il lancé avant d'enlever son veston. Je n'en enlèverai pas plus, mais je peux aller vous voir», a-t-il ajouté.

C'est à ce moment qu'il a été possible d'être véritablement témoin de l'effet qu'a David Thibault sur son public. Le jeune interprète s'est déplacé dans la salle en chantant Are You Lonesome Tonight? , puis Can't Help Falling In Love.

Chaque pas qu'il faisait était suivi avec attention. Les mains se levaient dans l'espoir de lui toucher.

L'interprète a proposé une séance de photos et d'autographes à la fin du spectacle. Le Quotidien a dû quitter avant, au moment où l'artiste faisait danser le public sur un mélange de pièces rock n' roll. Mais vu l'engouement du public, tout porte à croire qu'ils devaient être plusieurs à patienter pour lui serrer la main en fin de soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer