50 Shades! La parodie musicale

Martin Larocque campe le rôle de Christian Grey... (Photo courtoisie)

Agrandir

Martin Larocque campe le rôle de Christian Grey dans 50 Shades! La parodie musicale. Jamais le comédien n'aurait pensé camper un tel personnage. Il a embarqué dans le projet, interpellé par le style du spectacle et les textes.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Martin Larocque n'avait ni lu le livre, ni vu le film Cinquante nuances de Grey lorsqu'on lui a proposé de camper Christian Grey. Doté d'un physique bien différent de celui du personnage, jamais le comédien n'aurait pensé se voir offrir le rôle, même dans ses imaginations les plus farfelues. D'abord hésitant, la lecture des textes et le titre de «parodie musicale» l'ont convaincu de partager son temps entre les conférences qu'il donne et les planches, le temps de la tournée de 50 Shades! La parodie musicale, qui effectuera un arrêt au Théâtre du Palais municipal de La Baie le 22 avril.

Depuis quelques années, Martin Larocque joue peu. Il consacre tout son temps, ou presque, à des conférences destinées aux adolescents et aux parents. Un travail qui le comble. Il a tout de même décidé d'embarquer dans 50 Shades! La parodie musicale, qui a été présentée quelques soirs à Montréal en août dernier, puis une dizaine de fois seulement ailleurs au Québec.

Le comédien a d'abord cru à une blague, lorsqu'on lui a proposé le projet. «J'ai refusé deux ou trois fois. Je pensais qu'on me ''niaisait''. Finalement, le terme ''parodie musicale'' m'a accroché. J'ai pris le temps de lire les textes et j'ai ri. C'est toujours un bon signe. Ç'a m'a convaincu. Une parodie musicale, c'est nouveau, et je suis heureux dans ça», confirme-t-il au cours d'un entretien téléphonique.

50 Shades! La parodie se moque des personnages et de l'histoire du livre qui met en scène la relation teintée de sadomasochisme entre Anastasia Steele, une jeune diplômée en littérature, et Christian Grey, un homme d'affaires. Le spectacle se veut aussi une parodie des comédies musicales en général.

«Ça se passe sur deux plans. Il y a des femmes qui lisent le roman et à côté d'elles, le roman prend vie», explique le comédien.

Il s'agit de la version québécoise du spectacle d'humour présenté aux États-Unis et en Europe depuis deux ans. Une production et une mise en scène de Didier Morissonneau.

«C'est une parodie d'un roman érotique avec des clins d'oeil à des comédies musicales. On ne réinvente pas la roue de la culture, mais on offre un bonbon sucré agréable à manger», image-t-il. «Il faut voir ça comme une fête, parce que c'est comme ça qu'on le joue.»

Martin Larocque affirme que certaines personnes vont rougir à la vue du spectacle. «Mais ce n'est pas vulgaire, insiste-t-il, car je n'aurais pas embarqué dans quelque chose de vulgaire, même si ça reste 16 ans et plus.»

Selon le comédien, la musique du spectacle est belle et variée. Ce sont les paroles qui rappellent la parodie et le roman érotique.

Martin Larocque assure proposer un Christian Grey tel qu'on l'imagine dans son caractère, et non pas dans son corps, avec une petite couleur parodique.

Sur scène, il est accompagné d'une équipe de chanteurs, danseurs et comédiens-chanteurs. Il partage les planches avec Albane Chateau, Léane Labrèche-Dor, Jean-François Poulin, Marina Bastarache, Daniel Delisle, Vanessa Duchel, Sarah Dagenais-Hakim et Johanne Lapierre.

«Fallait d'abord de vrais chanteurs pour soutenir cette musicalité, ça prenait aussi des danseurs, des chanteurs-acteurs, mais ça prenait surtout des gens prêts à affronter cette espèce d'audace là, prêts à dire ces mots-là!»

Cette audace, Martin Larocque l'assume, mais il admet qu'elle a comporté son lot d'inquiétudes.

«Jusqu'à la première, on a peur de la réaction du public. J'étais prêt à jouer un ''flop''. Quand on embarque dans un projet à cause de l'audace, ça implique qu'il y a peut-être quelque chose qui va arriver. Mais finalement non. Les gens se sont vraiment amusés. On a hâte chaque soir.»

Un travail de conférencier à temps plein

Parallèlement à 50 Shades! La parodie musicale, Martin Larocque poursuit ses conférences partout au Québec et même au-delà. Depuis cinq ans maintenant, il agit à titre de conférencier à temps plein, mais il offre des conférences depuis 20 ans. Il s'adresse aux adolescents, mais aussi à leurs parents. «Je veux redonner aux parents le plaisir d'être parents. Une culpabilité prend le dessus sur le plaisir d'être parents depuis quelques années. J'aimerais éteindre cette culpabilité et retrouver cette espèce de liberté.»

Le père de trois garçons de 13, 15 et 17 ans, qui vit aussi avec le fils de sa conjointe âgé de 12 ans, est porte-parole de la Semaine québécoise des familles depuis sept ans.

Il affirme toutefois que son apparition dans Les Beaux Malaises l'an dernier lui a redonné le goût de jouer. J'ai eu beaucoup de plaisir. Je cherche maintenant des rôles épisodiques. Je ne referais pas quelque chose de demandant comme Virginie. Mais je suis comédien depuis 25 ans. J'aime toujours jouer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer