Le party de toutes les nostalgies

Nostalgique impénitent, Robert Hakim sera le premier à... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Nostalgique impénitent, Robert Hakim sera le premier à célébrer le culte de la boule disco, samedi soir, à l'hôtel Le Montagnais de Chicoutimi. Il présentera la deuxième édition de l'événement Retour aux années 1980, à laquelle participeront plus de 1500 personnes.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Oubliez la télé HD, les utilitaires sport, le hip-hop et l'Internet haute vitesse. Le monde dans lequel plus de 1500 personnes évolueront samedi soir, à l'hôtel Le Montagnais de Chicoutimi, ne laissera filtrer aucun de ces symboles de la modernité.

En lieu et place, les organisateurs de l'événement Retour aux années 1980 ont accroché une boule disco, ainsi que des photos en noir et blanc de stars comme Boy George, Samantha Fox et Freddy Mercury. Une liste de noms de bars qui, pour la plupart, ont cessé d'opérer avant la disparition de la dernière chemise rose saumon, complète le décor.

Les portes ouvriront à 19h et s'il faut se fier aux comportements observés lors de la première édition, la piste sera pleine dès l'heure qui suivra. Il y a aussi des braves qui monteront sur les colonnes de son afin de perpétuer la tradition, alors que d'autres jaseront tout en jetant un oeil sur les films et les photos projetés sur sept écrans.

«La différence, cette fois, est qu'on sait à quoi s'attendre. Certains arriveront tôt et partiront avant minuit, alors que d'autres resteront jusqu'à 2h30. Pour plusieurs, cette soirée sera celle des retrouvailles au son d'une musique qu'on adore», décrit le maître d'oeuvre de l'événement, Robert Hakim.

Lui-même est nostalgique de l'époque où il gérait Le Vertige et Le Zeppelin. C'est pour cette raison qu'il a organisé un party réunissant des anciens employés des bars de Chicoutimi, il y a un an. Ils devaient être 250, mais tout a changé lorsqu'une invitation a été lancée au grand public.

«On pensait vendre 100 billets, alors que 300 ont été écoulés en l'espace d'une heure, relate Robert Hakim. C'est là que j'ai ouvert les vannes et en fin de compte, la soirée a attiré 1350 personnes. La plupart étaient âgées de 45 à 55 ans, mais il y avait aussi des jeunes qui ont connu la musique des années 1980 par l'entremise de leurs parents.»

L'an dernier, de 30% à 40% des participants étaient déguisés, un phénomène qui devrait se reproduire aujourd'hui. Ajoutez les jets de fumée, le laser, le stroboscope et les «blacklights», ainsi que trois DJ ayant animé la scène chicoutimienne au temps du new wave, et vous obtenez le pendant «live» de Retour vers le futur.

«Ça marche tellement que j'ai dû interrompre la vente des billets il y a deux semaines. Il est clair que ce party reviendra en 2017 et rien ne dit qu'on n'abordera pas les années 1990. Après tout, on vieillit en même temps que l'événement», souligne Robert Hakim.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer