Regard: Uloth et Cinq-Mars couronnés

La scénariste chloé Cinq-mars et le réalisateur david... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

La scénariste chloé Cinq-mars et le réalisateur david uloth ont récolté trois prix.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Le réalisateur montréalais David Uloth repart avec les honneurs du 20e festival Regard sur le court métrage à Saguenay. Le cinéaste a remporté le Grand prix national, une mention du jury critique et le Prix du public pour son film La voce (La voix) écrit par Chloé Cinq-Mars.

Le film raconte l'histoire d'un boucher qui aime chanter de l'opéra. Un jour, il surprend Ginette, son effeuilleuse préférée, dans les bras de son patron. Il est tellement sous le choc qu'il en perd la voix et se met à couiner comme un cochon. Les films du réalisateur montréalais ont été primés à plusieurs reprises dans le passé et sont vendus et diffusés partout dans le monde. Il récidive cette année avec La Voce.

«C'est la première fois que je gagne un prix pour le meilleur court métrage. Et Regard, c'est le plus important festival au Canada et un des plus reconnus dans le monde», a-t-il déclaré après la remise de prix. Son film a nécessité deux ans de tournage et une année supplémentaire pour la postproduction.

Grand prix international

C'est le réalisateur autrichien Patrick Vollrath qui a remporté le Grand prix international pour son film Alles wird gut (Tout ira bien). Le film avait déjà gagné plusieurs prix en Europe en plus d'être en nomination aux Oscar 2016.

Le film court raconte l'histoire d'un père divorcé qui vient chercher sa fille de huit ans, Léa, chez son ex pour passer la fin de semaine avec elle comme d'habitude, mais la petite se rend compte que ça ne tourne pas rond. Le père et la fille passent la nuit à l'hôtel près de l'aéroport où Léa communique secrètement avec sa mère. L'histoire finit bien.

Prix nationaux

Le jury professionnel composé de Louise Archambault, François Avard, Marcel Jean, Piotr Dumala et Ève Landry a décerné des trophées dans 11 catégories, une tâche qui a nécessité plusieurs discussions. Ils ont remis le Prix de la meilleure réalisation québécoise au réalisateur Patrice Laliberté pour Viaduc, un film de fiction où Mathieu 17 ans se rend sur un viaduc pour y faire un graffiti qui aura une signification très touchante le jour suivant.

Le prix du meilleur scénario canadien de langue française va à la très agréable Annie Saint-Pierre pour son film Jean-Marc Vallée. Un petit bijou de court métrage qui a été présenté en ouverture du festival et à deux reprises dans le programme Short and Sweet sur l'écran de la Place du citoyen au centre-ville de Chicoutimi. Ce film a été réalisé dans un concept de l'ONF pour rendre hommage aux récipiendaires des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle et Jean-Marc Vallée faisait partie de cette liste.

La jeune réalisatrice a produit un film de fiction mettant en vedette le propriétaire d'une vidéothèque en Chine qui a décidé de vendre seulement des films du réalisateur québécois Jean-Marc Vallée en tentant de convaincre la clientèle du magasin de vidéos qu'il n'y a rien de meilleur au monde. Un beau clin d'oeil d'humour en hommage.

Dans la catégorie Meilleur court métrage d'animation, le prix a été décerné à la réalisatrice française Céline Devaux pour Le repas dominical qui était en compétition officielle au dernier Festival de Cannes.

Meilleur documentaire

Le Prix du meilleur court métrage documentaire a été remis à Sol Friedman pour Bacon and God's Wrath. Une mention spéciale du jury a aussi été attribuée à Loïc Darse pour Elle pis son char. Le Prix tourner à tout prix a été décerné à Cécile Gariépy pour Papa trouble.

C'est le réalisateur basque Reber Dosky qui s'est mérité le nouveau Prix de la critique remis par l'Association québécoise des critiques de cinéma pour son film The Sniper of Kobani. Le jury critique était composé de Jean-Marie Lanlo, Claire Valade et Premendra Mazumder. Une mention a aussi été attribuée par le jury à La voce de David Uloth.

La bourse à la création régionale a été... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

La bourse à la création régionale a été attribuée à Alexa Tremblay-Francoeur pour son film Le passage.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Une nouveauté

Parmi les nouveautés de la 20e édition, un jury Jeunes cinéphiles a décerné le Prix du meilleur court métrage jeunesse aux réalisateurs Bryn Moser et David Darg pour leur film The painter of Jalouzi.

Composé de Gervais Arcand, Stacy Desbiens et Marilou Guay, le jury public a choisi d'attribuer le Prix du public à David Uloth pour son film La voce, le même choix que le jury professionnel.

Récompensant une oeuvre d'un réalisateur de la région, la bourse à la création régionale a été attribuée à Alexa Tremblay-Francoeur pour son film Le passage.

Concours de l'âme à l'écran: les cégépiens couronnés

Les juges Patrice Laliberté, Chloé Robichaud et Philippe... (Photo courtoisie) - image 4.0

Agrandir

Les juges Patrice Laliberté, Chloé Robichaud et Philippe David Gagné en compagnie du gagnant du Prix expérimental Alexandre Parizeau pour son film Rabieto. Le prix a été remis par Catherine Benoît de Spira.

Photo courtoisie

Pendant le festival Regard, les élèves des cégeps du Québec tiennent leur festival intercollégial de court métrage étudiant, De l'âme à l'écran, organisé par le Cégep de Jonquière et qui mettait en compétition 26 courts films qui ont été présentés vendredi soir devant une salle comble de 250 personnes.

La projection présentait les trois catégories de films réalisés, soient expérimental, documentaire et fiction. Le jury composé de Chloé Robichaud, Patrice Laliberté et Philippe David Gagné ont sélectionné les gagnants: le Prix documentaire à Claire Stenel pour Imen se marie, le Prix fiction à Jérémie Brochu-Dufour pour Microcosme 19, le Prix expérimental à Alexandre Pariseau pour Rabieto alors que le Prix coup de coeur a été décerné à Samuel Boisvert pour Jonny c'est un cave.

Le Prix jeu d'acteur est allé à Frédéric Beaudry-Grenier dans Pat la menace de Raphael Bouchard; le Prix réalisation et direction à Bâtard de Jonathan Roy; le Prix montage à Tempus de Icare Girardç; le Prix scénario à Jonny c'est un cave de Samuel Boisvert; le Prix originalité à Icare de Cédric Pépin et Déversement de Iléana Gutnicket le Prix Artistique à Microscome 19 de Jérémie Brochu-Dufour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer