Prête à vivre l'expérience à fond

Anne-Élisabeth Bossé est la porte-parole de la 20e... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Anne-Élisabeth Bossé est la porte-parole de la 20e édition du festival Regard sur le court métrage au Saguenay.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Elle veut tuer Séraphin, elle se chicane avec Bill Wabo, elle tire à coups de fusil sur le père Ovide et dans Série Noire, son personnage de Charlène fait basculer le scénario à tout moment. La porte-parole de la 20e édition du festival Regard sur le court métrage au Saguenay Anne-Élisabeth Bossé se présente au pays des belles histoires courtes avec une grande disponibilité, prête à rencontrer les gens et à vivre le festival sur tous les plateaux.

Elle connaît la région, elle est venue au festival Regard à quelques occasions et c'est avec plaisir qu'elle a accepté le rôle de porte-parole. «J'ai toujours trouvé que les porte-parole du festival étaient ''hot'', et là, c'est moi qui ai la chance de faire rayonner l'événement. Je ne suis pas ici pour donner des leçons de cinéma dans des conférences ou des classes de maîtres, je laisse ça à des spécialistes. Je suis ''all in'' pour rencontrer les gens, donner des entrevues, je me laisse guider par les organisateurs et je vais profiter à fond de ces quatre jours», a fait savoir la comédienne mercredi soir en entrevue avant la présentation de la soirée régionale.

La série Les histoires des pays d'en haut s'est terminée lundi soir avec le mariage de Séraphin et Donalda et les gens veulent savoir la suite. «C'est confirmé. Mon personnage (Caroline Malterre) revient dans la deuxième saison. Le tournage va commencer au mois de mai avec l'été et des scènes extérieures, j'ai bien hâte de faire équipe avec Claude Despins (Jos Malterre), exprime la comédienne qui n'a pas encore reçu le scénario de la prochaine saison. J'aurais bien aimé vous en donner un peu pour la suite de l'histoire, mais on ne sait rien», promet-elle.

Anne-Élisabeth Bossé joue dans un court métrage de Ian Lagarde et Gabrielle Tougas-Fréchette intitulé Grimace qui sera présenté jeudi soir dans le programme d'ouverture. «C'est mon troisième court métrage, j'ai hâte de le voir dans un autre contexte que le travail. On a beaucoup ri et je suis impatiente de découvrir la réaction des gens», laisse tomber celle qui a joué également dans le court Quelqu'un d'extraordinaire de Monia Chokri qui a raflé des prix partout dans le monde depuis 2013.

La comédienne de 31 ans peut confier qu'un gros projet à l'écran s'en vient pour elle l'an prochain, mais ne peut en dire plus. «On devrait être en mesure de l'annoncer la semaine prochaine», se résume à dire la comédienne sans cacher un petit sourire en coin.

Souriante, authentique, rieuse et d'une grande gentillesse, Anne-Élisabeth Bossé avoue que le regard des autres a changé envers elle depuis son rôle dans Les pays d'en haut. «C'est une histoire très forte au Québec. Ça rejoint les gens de toutes les générations et ça me permet de toucher un public plus diversifié que dans Série Noire ou dans Les appendices», laisse entendre celle qui se faisait déjà parler de ses prestations à l'écran par les festivaliers qui l'interpellaient.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer