Kinomada: 10 jours pour créer un film

Rad Gagnon, membre du CA de Kinomada, et... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Rad Gagnon, membre du CA de Kinomada, et Sébastien Merckling, coordonnateur, accueillent les réalisateurs de partout dans le monde qui participent au laboratoire de création de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Des réalisateurs de partout dans le monde sont réunis à Saguenay pour un laboratoire de création. Au cours des prochains jours, ils réaliseront des courts métrages qui seront diffusés lors de la soirée Kinomada, tenue dans le cadre du festival Regard le 19 mars prochain. Le défi est de taille: créer un film en dix jours, en compagnie de gens inconnus qui, pour plusieurs, en sont à leur premier séjour dans la région.

Kinomada organise à travers le monde des laboratoires de création. L'objectif consiste à rassembler des professionnels du cinéma et des artistes de la relève en favorisant l'échange interculturel. Depuis 2009, année où l'organisme a été fondé à Québec, Kinomada a tenu 16 laboratoires dans neuf pays. Plusieurs des films qui y sont nés ont voyagé dans les festivals par la suite. 

Plus de 170 personnes de partout dans le monde ont soumis leur candidature pour participer au laboratoire organisé à Saguenay. Du nombre, 12 réalisateurs ont été sélectionnés. Les autres participants proviennent d'ailleurs au pays, du Québec et de la région. 

Au total, ils seront entre 50 et 100 à mettre la main à la pâte pour présenter 29 films, ce qui permettra d'organiser une projection d'une durée de 2 h 30. «L'objectif, c'est la rencontre entre les gens qui font du cinéma ensemble pour la passion de créer. Il n'y a pas de compétition. Les participants prennent part à cinq ou six projets en même temps», explique Sébastien Merckling, coordonnateur de Kinomada. 

Après un tour de ville et une réunion de production, les réalisateurs se sont mis à l'oeuvre jeudi.

Danliewen Lu est originaire de Chine. Elle participe au projet Kinomada pour une première fois. Celle qui habite maintenant Paris terminait jeudi le scénario de son film. «J'ai déjà choisi mon équipe et je commencerai le tournage vendredi», affirme celle qui en est à sa première visite au pays. 

Cristina Muller habite le Brésil. Jamais elle n'aurait pensé se retrouver à Saguenay pour tourner un court métrage. «J'ai soumis un film au festival Regard. Je me suis retrouvée sur la liste d'envoi du festival et j'ai reçu de l'information sur Kinomada. J'ai été sélectionnée.»

La jeune réalisatrice apprécie grandement son passage dans la région. «C'est intéressant de découvrir un espace différent. C'est super de rencontrer des gens du monde entier.» Elle admet tout de même que la réalisation du court métrage représente un défi. «Je vais coréaliser un court métrage avec une personne du Mexique que je ne connais pas», souligne-t-elle. «Je n'ai aucune idée si le film sera bon, je l'espère, mais l'important, c'est le processus que nous sommes en train de vivre.»

Le Parisien P-H Debiès en est pour sa part à sa troisième expérience Kinomada. «Je suis un amoureux du Québec. Kinomada me permet de réaliser des courts métrages, de rencontrer des gens et de venir au Québec», affirme-t-il. «C'est un défi, mais c'est aussi une aide. J'ai besoin du "deadline", de quelque chose qui me pousse, sinon, on peut changer un scénario pendant des mois, sans jamais rien tourner.»

La soirée Kinomada sera présentée le 19 mars, à 19 h, au Petit théâtre de l'UQAC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer