Festival REGARD: des choix déchirants

Le festival REGARD sur le court métrage a dévoilé sa programmation, mardi, à... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Le festival REGARD sur le court métrage a dévoilé sa programmation, mardi, à l'occasion d'un lancement de presse où quatre films ont été présentés au Théâtre Banque Nationale pour donner un avant-goût de ce que sera le 20e anniversaire. La responsable de la programmation, Mélissa Bouchard, a tracé un portrait invitant des 165 films qui seront présentés du 16 au 19 mars dans une quarantaine de séances de projection.

«Nous avons dû visionner 2000 films pour établir notre sélection. Nous en avons retenu plus de 300 que nous avons ensuite soumis à un comité de sélection pour faire des choix déchirants. Il faut tenir compte de l'équilibre de la programmation en fonction des thématiques. On laisse toujours de côté des films qu'on aurait vraiment envie de présenter. Il y a des réalisateurs qu'on suit depuis longtemps et qu'on aimerait présenter et on doit faire des choix très difficiles», détaille Mélissa Bouchard.

Pami les 165 films présentés, 65 seront en compétition pour se partager des prix totalisant 65 000$. Le jury composé de Louise Archambault, François Avard, Ève Landry, Piotr Dumala et Marcel Jean détermineront les gagnants dans les différentes catégories.

Coup de coeur

La directrice de la programmation a accepté de confier au Quotidien quel était son coup de coeur personnel pour cette 20e édition. «C'est une question très difficile, mais je vais quand même vous recommander Doug&Walter du cinéaste suisse Samuel Morris. Ce dernier sera au Festival avec ses producteurs pour la première mondiale», dit-elle. Elle souligne également la présentation de Everything will be ok de Patrick Vollrath, qui a été présenté à la semaine de la critique du Festival de Cannes. 

«Il ne faut pas oublier le sympathique Die Badewanne du réalisateur allemand Tim Ellrich, le film kosovar Shok de Jamie Donoughue, en lice pour l'Oscar du meilleur court métrage ou Dissonance de Till Nowak, qui donnera le coup d'envoi de la Soirée d'ouverture.»

«Présentée par l'ONF, la rétrospective de cette année est consacrée au cinéaste d'animation polonais Piotr Dumala, artiste à la carrière prolifique, prix du meilleur film d'animation du Festival l'année dernière et membre du jury pour nos 20 ans. Pour une ouverture sur l'international, deux activités seront présentées par Le Quotidien, la Carte blanche offerte au festival polonais ZubrOFFka et le Panorama consacré aux courts métrages indiens actuels», a déballé la responsable de la programmation avant le visionnement de quatre films en avant-première, dont le très attendu Engrenage d'Alexandre Rufin, un documentaire sur le lock-out des concessionnaires automobiles qui a touché 450 employés pendant trois ans. 

Des courts muets, des «bonimenteries», feront aussi partie de la programmation. Un séjour de création avec une cinquantaine de réalisateurs provenant d'une quinzaine de pays sera à Saguenay pour y faire un film. Le résultat sera présenté le samedi 19 mars en formule Gala», complète Mélissa Bouchard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer