Philippe Brach, comme chez lui au Côté-Cour

Philippe Brach sera à Alma vendredi et Saint-Prime... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Philippe Brach sera à Alma vendredi et Saint-Prime samedi.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le Côté-Cour, pour Philippe Brach, c'est comme chausser une vieille paire de pantoufles.

Le Chicoutimien était de passage sur les planches du Côté-Cour, jeudi soir. «Cette salle, c'est un peu comme si je revenais à la maison», a confié l'artiste, lorsque rencontré en après-midi. Philippe Brach n'a pas hésité à interrompre les tests de sons pour s'entretenir quelques instants avec la journaliste du Quotidien. Celui qui a surtout présenté les pièces de son plus récent album, Portraits de famine, était ravi de remettre les pieds à Jonquière. La dernière fois, c'était en octobre dernier, lors du lancement de son second album.

«J'ai étudié au Cégep de Jonquière et je venais faire de l'impro au Côté-Cour. J'y ai fait mes bons et mes mauvais coups. Autant musicaux que personnels! Revenir jouer ici, c'est comme enfiler une paire de vieilles pantoufles. Ça fait du bien!», a affirmé le musicien.

Durant un spectacle d'une heure et demie, Philippe Brach s'est livré devant une salle comble. «C'est l'fun, on se produit dans des salles combles presque partout. Ça va bien, on n'arrêtera pas jusqu'en mai. Ensuite, ce sera le début de la tournée des festivals», explique Philippe Brach qui, entre-temps, s'envolera pour l'Europe, où il donnera quelques concerts.

Depuis son passage au Festival de la chanson de Saint-Ambroise, en 2012, l'auteur-compositeur-interprète de 26 ans attire l'attention partout où il passe.

Sacré Révélation de l'année en 2015 au gala de l'ADISQ, ceux qui n'ont pas eu la chance de l'entendre, hier, devront attendre jusqu'à l'été prochain. «Je vais certainement faire partie d'un ou deux festivals dans la région, mais je ne peux pas encore dire quand et où!», a affirmé Philippe Brach, qui compte prendre quelques mois de repos... mais seulement au début de l'année 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer