Guillaume Wagner va droit au but

L'humoriste Guillaume Wagner était sur la scène du... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'humoriste Guillaume Wagner était sur la scène du Théâtre Banque Nationale, hier soir, alors qu'il présentait son spectacle Trop Humain. Il refoulera les planches ce soir.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

«90 minutes de jokes de cul, c'est ça que vous voulez, c'est ça que vous allez avoir, mes tabarnaks.» Dès son entrée sur scène, Guillaume Wagner va droit au but. Il promet qu'il ne parlera pas de politique, qu'il ne fera pas d'humour engagé et qu'il n'essaiera pas de changer le monde. Mais le spectateur se rendra vite compte que Wagner est capable de faire beaucoup mieux que les simples blagues de sexe qui ont forgé sa réputation.

«Patricia, tu vas couvrir Guillaume Wagner, jeudi soir», m'a informé mon patron, cette semaine. Bien honnêtement, j'appréhendais ce moment. Voyez-vous, je ne fais pas tellement partie du public cible de l'humoriste. Mais, contre toute attente, j'ai été séduite. Et je me suis surprise à rire à de nombreux moments.

Austérité, handicapés, pédophiles, relations hommes-femmes; tout y passe. Guillaume Wagner n'a aucune limite. Et même s'il s'assume complètement, il sait que, parfois, il va un peu trop loin. Surtout lorsqu'il rit de Michael Jackson et de son penchant pour les enfants ou lorsqu'il fait une blague sur les camps de concentration...

«Je vous avertis, je ne nommerai personne ce soir. Fuck that, les gens sont bien trop offusqués. Je vais faire juste des jokes de cul. Ça, ça ne dérange personne», a lancé Wagner, qui foulait les planches du Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, jeudi soir. Il s'agissait de la première représentation régionale de son nouveau spectacle, Trop Humain. L'humoriste sera encore sur la scène ce soir, toujours au TBN.

S'il a juré dès le départ qu'il ne nommerait personne, Wagner s'écarte rapidement de sa promesse. Il se paie la tête de Richard Martineau, même si ce dernier avait quitté la salle de spectacle, en octobre dernier, après un gag fait sur lui. Il ridiculise Yoan de La Voix. Il rit des politiciens, des douchebags et, surtout, il n'épargne pas ceux et celles qui n'ont pas hérité d'une grande intelligence à leur naissance. Il se marre autant des femmes que des hommes. Il parle ouvertement de ses problèmes de calvitie. Il avoue ne pas être prêt à avoir un enfant. Il est même capable de parler d'amour. Guillaume Wagner sait rire de lui autant qu'il sait rire des autres.

Si le spectateur s'était déplacé au TBN uniquement pour entendre des blagues salaces, il a dû attendre une heure avant de plonger dans le vif du sujet. À lui seul, le monologue du vagin de Guillaume Wagner vaut le détour. Il fait l'éloge de l'organe féminin durant de longues minutes, vantant son esthétisme et son utilité.

«Les femmes sont des magiciennes. Elles sont capables de faire pousser un être humain dans leur ventre, de le nourrir grâce à un tube et de l'expulser par leur vagin. Fuck Luc Langevin, ça, c'est un tour. Les gars, eux, sont juste capables de changer un Kleenex en ciment», a lancé l'humoriste, soulevant l'hilarité générale.

Évidemment, ceux et celles qui ne sont pas friands de vulgarité n'y trouveront pas leur compte. Mais ça, on le savait déjà. Pour les autres, Guillaume Wagner prouve, avec son spectacle Trop Humain, qu'il joue maintenant dans la cour des grands.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer