• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Des équipements à la fine pointe au Collège d'Alma 

Des équipements à la fine pointe au Collège d'Alma

Cette photographie a été captée jeudi, dans la... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Cette photographie a été captée jeudi, dans la nouvelle régie aménagée au Collège d'Alma pour le programme de Technologies sonores. À la console, on retrouve les étudiants Maya Otomo-Lauzon et Étienne Tremblay. Ils sont accompagnés par le directeur général par intérim du collège, Normand Poniewiera, l'enseignant Pierre Dufour, Louise Landry, adjointe à la direction générale, et l'enseignant Marc Duchesne.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Dans le studio d'enregistrement, des étudiants interprètent un standard de jazz, Night and Day, en compagnie de l'enseignant Robert Pelletier. La nuit et le jour évoqués dans la chanson illustrent le bond qualitatif que vient d'effectuer le Collège d'Alma grâce aux équipements rattachés à son programme de Technologies sonores.

Pendant la visite des représentants de la presse,... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Pendant la visite des représentants de la presse, des étudiants ont interprété des airs de jazz en compagnie de l'enseignant Robert Pelletier (à droite, aux percussions).

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Tout ce qui a été implanté correspond aux normes optimales, celles qu'atteignent les boîtes privées les plus réputées. En plus du grand studio, la liste des acquisitions comprend une régie, un laboratoire audionumérique, un laboratoire technique et acoustique, ainsi qu'un magasin renfermant tout ce que peut désirer un futur technicien.

«Les équipements sont fonctionnels depuis deux semaines», a précisé Marc Duchesne, l'un des enseignants qui ont bâti ce projet réalisé au coût de 2,5 millions$. Le collège a fourni 1 million$, la Fondation Champagnat 150 000$, tandis que le ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a investi 1,3 million$.

Lors de la conférence de presse tenue jeudi avant-midi, le directeur général par intérim, Normand Poniewiera, a souligné le caractère exceptionnel de ce projet. «Il s'agit d'un événement majeur parce que 30 années s'étaient écoulées depuis l'obtention d'un nouveau programme», a commenté l'administrateur.

La première cohorte du programme de Technologies sonores est arrivée à l'automne, en effet. Elle regroupe 21 élèves, mais pourrait gonfler à 75 lorsque d'autres groupes s'ajouteront à celui qui, d'une certaine manière, fait oeuvre de pionnier.

Un secteur prometteur

Le seul autre collège offrant une formation en Technologies sonores est celui de Drummondville. Preuve que ce secteur d'activités est prometteur, les premiers élèves inscrits à Alma proviennent de plusieurs régions du Québec, mais aussi de l'extérieur.

«L'année dernière, le taux de placement s'est élevé à 80% et la plupart des étudiants ont déniché un poste à temps complet, fait observer Marc Duchesne. La compagnie Solotech constitue le principal employeur, mais nous avons aussi des gens à Radio-Canada et TVA, ainsi qu'au Cirque du Soleil.»

À l'échelle de la région, il affirme que les nouveaux équipements atteignent un niveau de performance inégalé en matière d'acoustique et d'insonorisation. Il n'est pas question de les utiliser dans le cadre de projets ayant une dimension commerciale, cependant. On ne veut pas faire concurrence aux studios privés.

En revanche, les étudiants multiplient les initiatives favorisant l'acquisition d'apprentissages. C'est ainsi qu'il y a deux jours, ils ont préparé la salle du collège où s'est produit le chanteur Pépé, tandis que la semaine prochaine, on les verra s'activer pendant la finale locale du concours Cégeps en spectacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer