Le Ciné-club de Jonquière 2.0

La deuxième séance de la saison d'hiver, tenue... (Photo courtoisie, Remstar)

Agrandir

La deuxième séance de la saison d'hiver, tenue le 1er février, donnera lieu à une activité portes ouvertes pendant laquelle le Ciné-club de Jonquière sera accessible gratuitement. Pour souligner l'acquisition d'équipements numériques, le conseil d'administration présentera le long métrage Paul à Québec.

Photo courtoisie, Remstar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Les gens qui assisteront à la projection de ce soir, laquelle marquera la reprise des activités du Ciné-club de Jonquière, seront témoins d'une mutation technologique importante. Pour la première fois, en effet, le film à l'affiche, une comédie québécoise intitulée Le coeur de madame Sabali, sera livré en format numérique.

L'équipement qui était encore utilisé à l'automne a été remisé. Le 35 millimètres n'étant plus de saison chez les distributeurs, il fallait passer à la technologie DCP, ce qui nécessitait un investissement de 70 000$. Pour un organisme sans but lucratif, ça représentait un engagement important.

«Ça fait deux ans qu'on y pense et à un moment donné, le conseil d'administration a été confronté à un choix, raconte la responsable du ciné-club, Sylvie Poisson. Soit on maintenait les activités à la salle François-Brassard après avoir acquis de nouveaux équipements, soit on rapetissait notre affaire.»

La fidélité des abonnés, qui sont une centaine, a fait pencher la balance. En ajoutant les spectateurs occasionnels, il n'est pas rare de voir 150 personnes se rassembler le lundi à 19h30, perpétuant ainsi une tradition qui remonte à plus de 40 ans.

«Le sentiment d'appartenance est fort et constitue l'une des raisons pour lesquelles le conseil d'administration a dit: ''On y croit''. Nous avons réuni 10 000$ avec l'aide de quelques partenaires et Québec a fourni le reste par l'entremise du Plan culturel numérique. De son côté, le Cégep a acheté un nouvel écran», rapporte Sylvie Poisson.

Plus de choix

Le passage au numérique comporte son lot d'avantages, l'un des plus importants tenant à la définition de l'image. Le changement sera aussi bénéfique au moment de planifier la programmation, puisqu'il procurera une plus grande marge de manoeuvre au Ciné-club de Jonquière. Sans cette technologie, en effet, bien des longs métrages lui auraient échappé.

C'est donc avec une joie sans partage que le conseil d'administration présente le premier des 14 programmes de la saison. Le passeport est disponible au coût de 40$ pour les adultes et 20$ pour les étudiants, mais il ne sera pas nécessaire de l'apporter le 1er février, puisque l'entrée sera gratuite. On projettera alors Paul à Québec.

«Nous voulions montrer un film québécois dans le cadre de cette activité portes ouvertes qui donnera lieu à un petit protocole, puisque nous procéderons à l'inauguration officielle des nouveaux équipements. C'est une manière de rendre à la communauté ce qu'elle nous a accordé», explique Sylvie Poisson.

Les films de répertoire forment l'essentiel de la programmation cette saison, des oeuvres comme La terre et l'ombre de César Acevedo (13 février), de même que Le fils de Saul de Laszlo Nemes (21 mars), tous deux primés à Cannes. La séance du 17 février, elle, marquera le retour des Lions de Cannes, l'un des rendez-vous les plus appréciés.

«Nous recevons 400 personnes à cette occasion et grâce à un partenariat avec les étudiants en publicité du département d'Art et technologie des médias, il règne une atmosphère de fête. Ils transforment la séance en événement», fait observer Sylvie Poisson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer