Trois petits bijoux historiques

Sautez sur le clavier de votre ordinateur et pitonnez Sur la route du... (Photo courtoisie)

Agrandir

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Sautez sur le clavier de votre ordinateur et pitonnez Sur la route du fjord de la Fabrique culturelle de Télé-Québec pour y découvrir trois petits bijoux historiques de l'historien Éric Tremblay. MON VILLAGE de Paul Davis, Les pionniers du cinéma territorial et La statue du Cap Trinité se veulent trois courts documents d'histoire dédiés à la musique, au cinéma et à l'art visuel au Saguenay.

«Nous avions une quarantaine de sujets sur notre liste, mais nous avons choisi ces trois thèmes en fonction de leur importance culturelle et historique», fait valoir l'historien. «Nous avions fait le même travail l'an passé pour le Lac-Saint-Jean et nous avons répété l'aventure à la découverte de personnages et d'oeuvres qui ont marqué la vie culturelle du Saguenay», ajoute-t-il.

Vous apprendrez du chanteur Paul Davis (Gagnon de son vrai nom) de La Baie qu'il a écrit la chanson Mon village sur le bord de la route du parc des Laurentides, où il avait rangé sa voiture la tête remplie de mots, trop heureux de retourner dans son village. «Agriculteur, il a quitté la terre familiale à 17 ans pour faire carrière dans les années 1950 à Montréal où il a suivi des cours de chant avec Lucille Dumont», narre l'historien au bord de la baie des Ha! Ha!.

L'historien Éric Tremblay montre ses talents de conteur... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

L'historien Éric Tremblay montre ses talents de conteur dans les capsules Web disponibles sur la Fabrique culturelle.

Photo courtoisie

«En 1960, Paul Davis était aussi populaire que Michel Louvain, Donald Lautrec, Pierre Lalonde ou Serge Laprade. La chanson Mon village a été vendue à 42 000 copies. Dans sa carrière, le Baireiverain a fait 106 chansons, quinze 45 tours et trois 33 tours», relate l'historien dans un documentaire que vous allez adorer.

Au sujet de la statue de Rivière-Éternité, le documentaire nous apprend qu'elle a été transportée en trois morceaux de Québec à L'Anse-Saint-Jean et que le sculpteur Louis Jobin n'avait pas été payé au complet pour son oeuvre à la mort de Napoléon Robitaille, le marin qui avait commandé la statue pour remercier la Vierge de l'avoir sauvé du naufrage en 1879.

La statue de la Vierge du cap Trinité... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

La statue de la Vierge du cap Trinité est l'un des sujets historiques et culturels de la série Web dédiée au Saguenay.

Photo courtoisie

Le troisième documentaire consacré à l'histoire du cinéma au Saguenay nous apprend que le premier film a été tourné en 1908 à la Pulperie de Chicoutimi. Mais la perle de ce court métrage documentaire est certes les images du premier film de science-fiction réalisé au Saguenay par Roger Laliberté intitulé Ti-Ken, l'ancêtre de Sébastien Pilote.

Les amateurs d'histoire vont adorer ces capsules historiques bien résumées par l'historien des Fêtes du 175e. «Ce ne sont pas les sujets qui manquent et la formule semble plaire, il est possible qu'on en réalise d'autres à l'avenir», fait valoir l'historien qui démontre aussi de belles qualités de raconteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer