IQ Atelier reprend sa place

La directrice de IQ L'Atelier et l'enseignant Frédérick... (Photo Le Quotidien, Dominique Gobeil)

Agrandir

La directrice de IQ L'Atelier et l'enseignant Frédérick Thibeault présentent l'exposition photographique des étudiants du Collège d'Alma.

Photo Le Quotidien, Dominique Gobeil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En présentant l'exposition photographique Esthétique et intelligence de l'image des étudiants du Collège d'Alma dans ses nouvelles installations jusqu'à la fin janvier, la coopérative IQ L'Atelier commence à reprendre sa place dans le milieu culturel almatois.

Pendant quatre ans, la coopérative de solidarité possédait seulement des locaux administratifs, et ne pouvait plus fournir d'atelier ou de lieu de diffusion aux artistes de la relève bien établis. IQ L'Atelier a retrouvé domicile au 48, rue St-Joseph, il y a un an. Ses murs sont maintenant garnis des meilleurs clichés des élèves en Arts, Lettres et Communication. Des paysages jeannois, du patrimoine architectural régional et des portraits variés : l'exposition fait voyager à travers la région et les saisons.

«On a une belle boîte blanche à occuper!», image la directrice de la coopérative Bianka Robitaille. La dernière année a servi à évaluer les besoins du milieu culturel. «Avant, on faisait affaire avec plusieurs artistes, mais ils sont allés ailleurs, et c'est bien normal. Maintenant, on peut se réapproprier notre place», poursuit-elle.

IQ L'Atelier a plusieurs projets à développer: l'organisation de la Flashe fête en février, une collaboration avec la photographe de Sorel et amoureuse de la région NathB, la poursuite du travail en milieu scolaire et communautaire, et sûrement d'autres partenariats avec le Collège d'Alma.

«C'est dommage, car nous avons un peu perdu le contact avec une génération d'étudiants», avoue Mme Robitaille. L'enseignant des élèves exposants, Frédéric Thibeault, est bien heureux que ceux-ci puissent retrouver un lien plus facile avec le milieu culturel régional. Certains de ses finissants sont devenus cinéastes ou écrivains, et il est bien fier de montrer le travail des plus jeunes. Un texte accompagne les photographies pour bien expliquer la démarche artistique.

«Dans certaines photos, on voit tout de suite la beauté, mais en lisant le texte, on découvre une symbolique cachée», explique M. Thibeault. Il souligne par exemple le travail d'une étudiante autochtone qui, inconsciemment, a partagé son héritage culturel en faisant ressortir le contraste de l'homme et de la nature.

«Le but était de prendre le regard du spectateur et de jouer avec lui, résume-t-il. Pour des jeunes qui sont habitués de tout prendre en photo instantanément avec leur cellulaire, c'est intéressant de leur montrer qu'on peut réfléchir à l'image avant d'appuyer sur le bouton!»

Bianka Robitaille assure que tous les artistes peuvent venir présenter un projet à IQ L'Atelier, peu importe qu'ils soient amateurs ou professionnels. Des groupes viennent aussi l'utiliser l'espace pour leurs pratiques, comme le théâtre d'improvisation IkRea. Deux locaux adjacents à ceux de la coopérative sont d'ailleurs l'objet d'un appel d'offres de la ville d'Alma pour trouver des occupants culturels.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer