Soirée festive avec Orloge Simard

Orloge Simard et ses comparses Jean-Michel Pelletier à... (Photo courtoisie, Anna Brasseur)

Agrandir

Orloge Simard et ses comparses Jean-Michel Pelletier à la guitare, Andy Ellefsen au clavier, Guillaume Bouchard à la basse, Maxime Bouchard à la batterie et Pierre-Luc Laberge à la guitare défonceront l'année au Sous-Bois de Chicoutimi, le 31 décembre.

Photo courtoisie, Anna Brasseur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Orloge Simard défoncera l'année à la salle du Sous-Bois de Chicoutimi, le 31 décembre, avec son groupe de musiciens, dans une ambiance rock et très festive. L'irrévérencieux auteur-compositeur-interprète prévient tout de suite que ce ne sera pas des chansons à répondre du Jour de l'An. Orloge Simard fait plus dans le «trash» que dans le «trad».

«On veut offrir le plus long spectacle que je n'ai jamais fait. J'ai une trentaine de chansons et je veux toutes les jouer le 31 décembre», a fait part le musicien au Quotidien dans une entrevue téléphonique.

Accompagné de Jean-Michel Pelletier à la guitare, Andy Ellefsen au clavier, Guillaume Bouchard à la basse, Maxime Bouchard à la batterie et Pierre-Luc Laberge à la guitare, Orloge Simard laisse savoir qu'il risque d'y avoir des invités-surprises au cours de la soirée qui devrait être longue et agitée.

Les grands classiques comme Dans ma cabane à pêche, 12 pouces, Lac Otis et Le Colon Irritable seront au programme. Le répertoire musical d'Orloge Simard est de plus en plus connu dans la région et il compte des admirateurs partout en province. «C'est la première fois que je donne un spectacle le soir du Jour de l'An et à Chicoutimi, ça lève tout le temps, le public est super, le monde chante avec nous, ça va brasser c'est certain», assure le controversé artiste qui interprète des chansons XXX très explicites.

Certaines chansons d'Orloge Simard sont véritablement de la «porno» musicale. Il raconte ses expériences sexuelles en décrivant avec force détails ce qu'il vit et ce qu'il ressent. Le Baieriverain avait eu maille à partir avec des spectateurs lors du Folk Sale de Sainte-Rose-du-Nord, il y a deux ans. Les paroles de ses chansons avaient offensé des âmes sensibles et des oreilles fragiles.

Les diffuseurs du Sous-Bois situé sur la rue Racine cherchaient une date pour produire Orloge Simard et ses musiciens pendant la période des Fêtes et la soirée du 31 s'est imposée par elle-même. Pour ceux qui préfèrent le «trash» au «trad», le Sous-Bois offre une autre façon de défoncer l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer