Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les grands spectacles de l'année

Angélique Kidjo... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Angélique Kidjo

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Angélique Kidjo, Juliette Greco, le Blues Hall Of Fame Tour et Arthur H ont proposé les spectacles les plus mémorables de l'année qui s'achève, mais pour des raisons différentes.

Angélique Kidjo

La première artiste est dans la force de l'âge et l'a démontré à Chicoutimi, lors de sa première participation au Festival international des Rythmes du monde. Chantant avec autorité, dansant avec abandon devant la foule massée au coin des rues Racine et Bégin, cette femme s'est aussi montrée chaleureuse. On aurait dit une vieille amie.

Ce n'est pas elle qui a attiré le plus grand nombre de spectateurs au festival, un honneur qui est revenu aux Trois Accords et à Marc Dupré, ce dernier sous une pluie battante. Toutefois, la présence d'une artiste de ce calibre, dès la soirée d'ouverture, a donné une puissante impulsion à l'événement, qui a retrouvé de belles couleurs.

Double malaise

Juliette Gréco lors d'un spectacle à Tadoussac... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 4.0

Agrandir

Juliette Gréco lors d'un spectacle à Tadoussac

Archives Le Progrès-Dimanche

À Tadoussac, le 11 juin, c'est carrément une légende qui a fait l'honneur de sa présence au Festival de la chanson. On savait que ses moyens s'étaient érodés, mais après quelques chansons, ce n'est pas la voix de Juliette Greco qui a fait problème, mais le corps au complet en raison d'un coup de chaleur.

Le public fut indulgent, malgré le prix élevé des billets et la fin prématurée du spectacle. Juliette Greco a pu quitter l'église du village sur ses jambes, aidée par une autre femme. Néanmoins, cette mésaventure a laissé un drôle d'arrière-goût.

Aller voir une femme qui ne peut plus chanter, qui peine à tenir debout, est-ce l'équivalent de frotter une relique pour absorber un peu de la sainteté de son propriétaire? Et que dire de l'entourage, ceux qui l'ont encouragée à entreprendre une tournée mondiale à l'approche de ses 90 ans? Ça frôle la non-assistance à personne en danger.

Un trio de choc

James Cotton et John Hammond au Festival jazz... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 6.0

Agrandir

James Cotton et John Hammond au Festival jazz et blues de Saguenay, le 17 avril.

Archives Le Progrès-Dimanche

Un autre événement, le Festival Jazz et blues de Saguenay, a frappé fort en attirant trois vétérans regroupés dans le cadre du Blues Hall Of Fame Tour. Charlie Musselwhite, James Cotton et John Hammond ont donné un spectacle fort apprécié, explorant le répertoire traditionnel, tout en livrant des oeuvres de facture plus contemporaine.

Ça fait rêver lorsqu'on sait qu'à la fin des années 1960, à New York, John Hammond a joué pendant une semaine avec ses amis Jimi Hendrix et Eric Clapton. Or, le Festival Jazz et blues a aussi recruté le fils de John Coltrane, Ravi. Sa présence lors de la soirée d'ouverture a confirmé que ce rendez-vous a acquis une stature internationale.

La bombe Arthur H

Arthur H à Alma ... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 8.0

Agrandir

Arthur H à Alma

Archives Le Progrès-Dimanche

Une fois n'est pas coutume, mais le 7 février, plusieurs Saguenéens se sont pointés à la Salle Michel-Côté d'Alma afin d'assister au seul spectacle donné par Arthur H dans la région. En vertu de la formule Côté Scène, ils étaient regroupés sur la scène, occupant l'espace se déployant entre le rideau et l'artiste.

Au plan musical, ce fut impeccable. Les musiciens québécois réunis pour la circonstance ont offert un bel écrin au chanteur, qui en a profité pour lâcher son fou. On le sentait vraiment engagé, très drôle, plein d'énergie et pas pire danseur. Comme diraient les Cousins, ce fut la totale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer