Le monopole du tango à Vancouver

Le percussionniste originaire de la région, Gaël Chabot-Leclerc,... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le percussionniste originaire de la région, Gaël Chabot-Leclerc, qui avait déjà fondé un groupe de musique tango à Saguenay, Guardia Nueva, vient d'en créer un nouveau en Colombie-Britannique.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Grâce au nouvel ensemble musical qu'il vient de former, Orquesta Paraguas, le jeune percussionniste saguenéen Gaël Chabot-Leclerc détient le «monopole» de la musique tango à Vancouver, où la demande est très forte.

Le promoteur du festival Tang-aux-foins de Saint-Fulgence a déjà fondé le groupe Guardia Nueva dans sa région d'origine, mais les membres sont en pause depuis quelque temps, la coordination étant trop difficile avec deux des musiciens en Colombie-Britannique. Gaël Chabot-Leclerc et sa conjointe, la pianiste Andréa Tremblay-Legendre, y vivent pour les études de cette dernière.

«Il y a déjà eu un groupe de tango à Vancouver il y a quelques années, mais ils ont arrêté. Nous sommes donc les seuls. Avant même qu'on existe réellement, il y avait plein de personnes qui voulaient nous engager!», raconte le musicien en entrevue téléphonique. Les nombreuses écoles de danse tango sont en effet très heureuses de pouvoir profiter de musique jouée en direct, lors de leurs soirées, dites milonga.

La pianiste Andréa Tremblay-Legendre... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

La pianiste Andréa Tremblay-Legendre

Photo courtoisie

Orchestre parapluie

En plus du percussionniste et de son amie de coeur au piano, Orquesta Paraguas compte une altiste, une clarinettiste et un contrebassiste. Son nom signifie «orchestre parapluie», en référence au temps pluvieux de la métropole. Ils se sont produits pour la première fois le 12 décembre devant environ 75 personnes.

Même s'il joue au sein du Kamloops Symphony et du Vancouver Island Symphony, deux orchestres reconnus et un peu plus importants que celui du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le tango manquait à Gaël Chabot-Leclerc.

«Avec Guardia Nueva, on faisait plus des pièces de concert, tandis que là, on présente des classiques du tango populaires chez les danseurs. L'interaction avec le public est différente, mais quand même intéressante. C'est une autre manière de penser la musique», confie-t-il.

Un jour peut-être...

Il est bien possible que le public régional entende un jour le nouveau répertoire de la formation au festival de Saint-Fulgence, mais pas lors de la prochaine édition, déjà en préparation.

Gaël Chabot-Leclerc est encore beaucoup impliqué au Saguenay, alors qu'il a produit le 19 décembre le concert Tchaïkovski rencontre Catoire. Deux anciennes finissantes du Conservatoire de musique du Saguenay, dont Andréa Tremblay-Legendre, étaient en vedette. Le couple songe toujours à lancer une carrière en duo.

«On travaille sur plusieurs plans. On ne sait pas encore combien de temps on va rester à Vancouver. Comme on habite là présentement, c'est là qu'on est en train de se construire, mais on est intéressé à revenir dans la région. On va aller là où il y a du travail. Produire encore des concerts avec des anciens du Conservatoire, c'est un aspect que j'aimerais développer», explique celui qui détient un diplôme en Music Business Management au Berklee College.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer