Jean-Marc E. Roy sacré créateur de l'année

Jean-Marc E. Roy... (Photo courtoisie)

Agrandir

Jean-Marc E. Roy

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a décerné le Prix Créateur de l'année au Saguenay-Lac-Saint-Jean au cinéaste chicoutimien Jean-Marc E. Roy pour souligner l'année extraordinaire de l'artiste en 2015.

La distinction est accompagnée d'une bourse de 5000$ qui lui sera remis ce soir au Ciné-Club de Jonquière dans le cadre de l'événement célébrant le court métrage Le jour le plus court, dont il est le porte-parole provincial. «Les membres du comité de sélection ont salué la détermination de JeanMarc E. Roy, qui a connu une année impressionnante. Ce réalisateur prolifique cumule les courts métrages originaux et de grande qualité qui rayonnent au Québec comme à l'international. Ses oeuvres mettent en scène des personnages colorés et attachants, dans une esthétique de l'image raffinée», a mentionné Réjean Perron directeur du soutien à la diffusion et au rayonnement international du CALQ dans un communiqué.

«Être reconnu par ses pairs c'est une belle récompense. C'est fabuleux d'avoir la confiance des institutions. L'année 2015 a été en effet très mouvementée dans mon cas. Le mois dernier, j'ai reçu le Prix contribution artiste de l'organisme Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean; le film Bleu tonnerre a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes; on m'a choisi comme porte-parole pour l'événement du Jour le plus court; j'ai obtenu du financement pour mon long métrage documentaire; j'ai créé ma compagnie de production, Pick-up, avec mon partenaire Philippe David Gagné; j'ai quitté mes fonctions de coordonnateur artistique au centre d'artiste Le Lobe en avril; j'ai tourné des courts métrages. Bref, ce fût un véritable feu roulant. On met les bouchées doubles, ce prix récompense les efforts», a commenté l'artiste en entrevue au Quotidien.

Bleuet d'adoption

Jean-Marc E. Roy est ce qu'on pourrait appeler un Bleuets d'adoption. Il a grandi à Brossard en banlieue de Montréal et s'est installé au Saguenay en 2001. Il a depuis tourné plus de 200 films. «En 2002, j'ai cofondé un mouvement de création qui s'appelle le 3REG qui roule encore aujourd'hui. On produisait aux deux semaines pendant 13 ans. Ça m'a gardé actif. J'ai eu la chance d'obtenir des bourses assez tôt dans ma carrière, ce qui m'a permis de m'équiper de bons appareils et d'être autonome assez rapidement dans ma pratique», fait valoir celui qui travaille présentement sur un long métrage documentaire portant sur le cinéaste André Forcier.

Autonome

Reconnaissant que plusieurs projets ont besoin de financement pour se réaliser, Jean-Marc E. Roy se lance souvent dans la création par ses propres moyens. «Je cite souvent en exemple mon film Nevermindm (compétition officielle dans plus de 35 festivals et récoltant une dizaine de prix), mon film qui a circulé le plus, qui a été vu sur tous les continents et qui a été un succès immédiat. Ce film a été tourné un mercredi soir à Alma avec Sophie (Cadieux) parce qu'on soupait ensemble et que j'avais l'équipement dans l'auto. On s'est dit hey, on se fait-tu un film? On l'a tournée le mercredi, je l'ai monté le vendredi et le dimanche il y avait déjà des gens qui voulaient le diffuser», raconte-t-il.

C'est le genre de projet, sur papier, que j'aurais eu de la difficulté à proposer à un bailleur de fonds comme la SODEQ ou Téléfilm Canada. Je me voyais mal écrire dans un document que je veux réaliser un genre de film de narration avec une fille assise sur un lit dans un motel qui se remémore la vie de Kurt Cobain. On a profité du moment et on l'a réalisé. Les délais sont souvent très longs pour des demandes de financement», explique le réalisateur.

Le film Bleu tonnerre, qu'il réalisé avec Philippe David Gagné, a nécessité quatre ans de travail et d'attente.

«Dans notre métier, il faut courir plus d'un lièvre à la fois, il faut travailler sur plusieurs projets, car on a aussi beaucoup de refus dans les demandes de financement», indique le créateur de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer