Zoom Photo :  encore plusieurs projets

Le directeur général du Zoom Photo Festival Michel... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le directeur général du Zoom Photo Festival Michel Tremblay (en vert au centre) est entouré de son équipe de bénévoles, sans qui l'événement ne pourrait pas avoir une telle envergure étant donné son budget limité.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que la sixième édition du Zoom Photo Festival Saguenay s'achevait dimanche, l'organisation dresse un bilan positif et a déjà plusieurs projets en tête, dont un web magazine qui présentera chaque mois l'oeuvre d'un photojournaliste.

Le directeur général de cet événement unique au Canada, Michel Tremblay, a toujours eu pour but de donner une tribune aux photojournalistes. Le lancement de cette nouvelle plateforme, qui pourrait avoir lieu dès janvier, permettrait de «faire rayonner encore plus leur travail», indique-t-il.

Pour M. Tremblay, il s'agit d'une «belle édition» qui montre que l'organisation est «bien en selle pour se rendre jusqu'à son dixième anniversaire». Il est particulièrement fier d'avoir accueilli à Saguenay plusieurs jeunes photojournalistes. Plusieurs ont pu se créer un réseau lors d'un «déjeuner portfolio», où des représentants de médias de partout dans le monde comme La Presse et The Globe and Mail étaient présents pour donner des conseils.

Seize expositions ont été présentées dans sept lieux de diffusion. Notamment, Jérôme Deya a proposé À mon corps dérangeant, qui entre dans l'intimité des couples de personnes handicapées. Le photographe spécialisé dans les événements sportifs Bernard Brault a aussi présenté un atelier.

2015 a été une année de premières. Zoom a inauguré les cadres photo qui ornent maintenant le pont Sainte-Anne à Chicoutimi avec une exposition sur l'incendie du pont Dubuc, juste à côté.

Le festival collaborera sûrement de nouveau à cette initiative du Croissant culturel pour d'autres occasions.

Si la projection de films est une pratique courante de l'événement saguenéen, c'était par contre la première fois que les courts-métrages étaient sélectionnés dans le cadre d'un concours international, Nouvelles Écritures, qui voyagera aussi en Europe.

«J'ai vraiment senti un engouement cette année. On commence à être connu, perçoit Michel Tremblay. J'ai reçu beaucoup de commentaires positifs, même s'il y a peut-être eu un peu moins de visiteurs étant donné qu'il n'y avait pas autant d'expositions qu'en 2014.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer