Pas plus de demande pour Galaxie

Même si Galaxie a joué en première partie... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Même si Galaxie a joué en première partie des Rolling Stones, la demande pour le groupe n'a pas explosé.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Même si Galaxie a joué en première partie des Rolling Stones et a remporté le Félix de l'album alternatif de l'année, la demande pour le groupe n'a pas explosé.

«Oui ç'a été une grosse année de reconnaissance, mais je ne peux pas dire que cela a eu une si grosse répercussion sur la demande pour le groupe. Là on achève la tournée. Il y a quelques dates de prévues en 2016, rien de spécial. Je vais avoir le temps de travailler sur autre chose», mentionne le guitariste originaire de Saint-Félicien Olivier Langevin.

Cette notoriété n'a pas permis de créer un engouement à l'étranger.

«Nous sommes déjà allés quatre mois en France, il y a quelques années. Nous avions donné 45 spectacles et nous avions eu une bonne réponse, mais pour percer en France, il faut que tu y restes. Ce n'est pas mon intention. Je veux rester au Québec. De toute façon les Français ne sont pas très portés sur le rock. Ça serait plutôt du côté de l'Allemagne qu'il pourrait y avoir une percée intéressante à faire», affirme Langevin.

Olivier ne ferme pas la porte malgré tout à une tournée en France. Il va attendre si des offres se présentent à lui. Pour ce qui est des États-Unis, il est à peu près impossible de se tailler une place. «Les Américains ne sont pas très ouverts au rock en français. Ils veulent comprendre les paroles. De toute façon, ils ont l'embarras du choix, il y a plein de bons bands dans notre genre», confie-t-il.

Fred Fortin

Pour 2016, Olivier Langevin va plutôt accompagner son vieux pote Fred Fortin qui va sortir un disque dans les prochains mois. Une série de concerts seront à l'affiche. «C'est un peu notre façon de procéder. On passe d'un projet à l'autre. Ça nous permet de faire autre chose et de ne pas être toujours dans la même affaire», explique le guitariste.

Par contre, Olivier ne veut pas trop perdre de temps avant de composer de nouvelles pièces pour un album de Galaxie afin de profiter de l'impulsion.

«Je veux qu'il y ait moins de temps qui sépare le prochain album que celui entre Tigre et diesel et Zulu. Je ne mets pas de pression. Si je vois que des tounes surgissent, je vais y travailler. Je ne me fixe pas d'échéancier».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer