Pour l'amour de l'art et de la flûte

L'exposition Espace d'un hiver permet aux dix artistes... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'exposition Espace d'un hiver permet aux dix artistes de La Maestria de montrer une partie de leur production.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Vous aimez les arts visuels et vous avez l'oreille musicale? Le meilleur conseil qu'on puisse vous donner, c'est de faire un tour au 18 rue Racine est, à Chicoutimi. Dimanche à 13h30, vous pourrez visiter l'exposition Espace d'un hiver, créée par les membres du collectif La Maestria, tout en assistant au lancement d'une méthode d'apprentissage de la flûte à bec.

Micheline Hamel a jumelé deux de ses passions... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Micheline Hamel a jumelé deux de ses passions sur cette aquarelle intitulée Coeur de musicien.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Il s'agit d'un document conçu par un formateur aguerri, le Saguenéen André Tremblay. Une visite effectuée en mai dernier, dans les locaux de la maison d'édition L'Envolée situés à Lévis, lui a permis de constater qu'il manquait un cahier d'enseignement de la flûte à bec pour les niveaux intermédiaire et avancé.

«Deux semaines plus tard, j'ai soumis quelques pièces qui ont été acceptées. J'en ensuite complété le livre qui a pour titre FlûtAventure. Je suis parti des difficultés que pose l'instrument pour offrir davantage que des exercices», a raconté le musicien mardi, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

Pour comprendre sa démarche, il donne l'exemple de l'enchaînement fa-dièse-mi qui piège bon nombre de novices. André Tremblay s'en est inspiré pour composer La cour du roi, dont un enregistrement réalisé à son studio, avec le concours de collègues de la région, a été intégré au livre.

«L'élève peut jouer par-dessus avec sa flûte. Il y a même des versions lentes qui sont disponibles sur Internet», explique le musicien. Destinée aux personnes âgées de huit ans et plus, sa méthode comprend 14 pièces d'une durée d'environ deux minutes chacune. Elle est disponible à compter d'aujourd'hui, en mode physique ou numérique, via le site de L'Envolée.

Un tableau sur mesure

Le lien entre FlûtAventure et La Maestria est facile à tracer. Un bon indice est livré dans la salle d'exposition où trône une aquarelle réalisée par la responsable du regroupement, Micheline Hamel. Baptisée Coeur de musicien, elle a été inspirée par La cour du roi, la composition évoquée plus haut.

«On voit un saltimbanque, une clé de sol, une double croche et différents instruments, décrit l'artiste. J'ai fait ce tableau parce que celui qu'André avait identifié sur mon site web ne correspondait pas au format dont avait besoin l'éditeur.»

Micheline Hamel avait une bonne raison de participer au projet. Elle-même a fait carrière dans l'enseignement de la musique et demeure une fervente avocate de la flûte à bec, un instrument dont la réputation a été plombée par une nuée de détracteurs.

«Quand elle est faite en bois, la flûte à bec devient un instrument unique. Ce n'est pas pour rien que Bach a écrit pour elle, fait-elle valoir. En même temps, il s'agit d'un outil pédagogique qui a fait ses preuves. Dès que l'élève souffle dedans, il sort de quoi. Ce n'est pas comme avec la flûte traversière.»

Pendant le lancement, dimanche, les visiteurs entendront les musiques conçues par André Tremblay. Ils auront aussi la chance de promener leur regard sur les murs de l'Espace Maestria, où dix artistes de la région présenteront tableaux et sculptures.

Cette exposition qui annonce la venue de l'hiver est de retour pour une quatrième édition. On peut s'y rendre jusqu'au 20 décembre, alors que la salle est ouverte de 13h à 16h, le samedi et le dimanche. Chaque année, la clientèle augmente», se réjouit Micheline Hamel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer