Un rêve au pays de l'imaginaire

Karen Simard-Noreau (Reine des fleurs), Clément Bouchard (Drosselmeyer),... (Photo Le Quotidien, Roger Blackburn)

Agrandir

Karen Simard-Noreau (Reine des fleurs), Clément Bouchard (Drosselmeyer), Julie Turcotte (Fée Dragée), Raymond Tremblay (directeur de production), Hugues Lajoie (président d'honneur), Sophie Larouche (Clara), France Proulx (direction artistique), Loïc Dion, Caroline Larouche (présidente), David Henderson (Casse-Noisette) et Marie-Laurence Tremblay (Reine des neiges) lors de la conférence de presse du ballet Casse-Noisette du Prisme culturel de Saint-Bruno.

Photo Le Quotidien, Roger Blackburn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

«Pour les enfants, jouer dans Casse-Noisette, c'est un voyage au pays de l'imaginaire. Ils se voient au royaume des bonbons. On sait, en regardant dans leurs yeux, qu'ils n'oublieront jamais ces moments.»

Ces paroles sont celles de Guillaume Côté, le danseur étoile du Ballet national du Canada, originaire de Saint-Bruno et qui fait partie des plus grands danseurs du monde. Il a pris la parole hier matin, par transmission vidéo en direct de Toronto, à titre de porte-parole des danseurs de l'école du Prisme culturel pour la présentation de la production régionale du ballet Casse-Noisette.

«À ma connaissance, il n'y a pas beaucoup d'endroits dans le monde où une école de danse en région produit Casse-Noisette avec un orchestre de 30 musiciens sur scène et une qualité de professeurs comme ceux du Prisme culturel» a ajouté celui qui a fait ses débuts dans cette école de danse fondée par sa mère il y a 45 ans.

Il y avait de l'émotion dans l'air hier pour la rencontre de presse du Prisme culturel afin d'annoncer les dates et les comédiens danseurs de la 17e représentation de ce grand classique du temps des Fêtes de Tchaïkovski présenté depuis près de 125 ans partout dans le monde. La présence de Guillaume Côté a fait grand plaisir aux danseurs qui trouvent en lui une grande inspiration.

«Un spectacle comme Casse-Noisette ça change la vie des jeunes qui y assistent et ça change la vie des danseurs qui le font pour vous», assure celui qui a joué à plusieurs reprises dans cette oeuvre magistrale qui est présentée plus de 35 fois à Toronto avec plus de 60 artistes sur scène.

Le professionnel a profité de la rencontre d'hier pour répondre aux questions faisant même remarquer que pour la première fois cette année, il y avait plus de garçons que de filles pour les auditions au ballet national du Canada. «Les temps changent et aujourd'hui les garçons vivent autant de compétition que les filles quand on atteint les hauts niveaux de cet art», de faire valoir le danseur professionnel.

Production

L'équipe de l'école du Prise culturel de Saint-Bruno fera monter plus de 130 danseurs et danseuses sur les planches de la Salle Michel-Côté d'Alma les 18, 19 et 20 décembre. Des danseurs de partout au Lac-Saint-Jean font partie de la distribution et du rêve de Clara.

Sophie Larouche de Jonquière interprétera pour la deuxième année le rôle de Clara qui dansera dans les bras de son prince Jean-Daniel Bouchard, de Saint-Bruno.

«À la première année, on dit qu'on joue le rôle sur scène, mais à la deuxième année on dit qu'on interprète le rôle. Cette année je suis allé plus loin avec mon personnage», confie celle qui se prête au jeu de l'interprétation presque sept jours sur sept depuis le début du mois de septembre.

Le Casse-Noisette du Prisme culturel est une production 100% régionale avec la participation de 30 musiciens sous la direction de Patrick Fortin, France Proulx à la direction artistique, Sophie Larouche à la mise en scène, Éric Proulx à la scénographie, Carl Girard aux éclairages et la précieuse collaboration d'Hélène Boivin, Brenda Grant et Émilie Larouche à la création des costumes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer