Une première tout en français

Le président du CA de la Société d'art... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le président du CA de la Société d'art lyrique du Royaume, Renaud Grimard, l'adjointe à la direction France Villeneuve, la présidente d'honneur Lise Larouche, le directeur général et artistique Dario Larouche et le propriétaire du salon Le Barbier coiffeur, Germain Lefebvre, étaient fiers d'accueillir les médias, hier.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

La Société d'art lyrique du Royaume s'attaque à un grand classique. En février prochain, les amoureux de l'opéra, mais aussi les néophytes, pourront apprécier Le Barbier de Séville, sur la scène du Théâtre Banque Nationale. Et en français à part de ça!

Les billets sont déjà en vente sur le... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais) - image 1.0

Agrandir

Les billets sont déjà en vente sur le réseau de Diffusion Saguenay.Le Barbier de Séville sera présenté les 5 et 6 février à 19h30 et le 7 février à 14h, au Théâtre Banque Nationale.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

« Selon nos sources, c'est la première fois au Québec que Le Barbier de Séville est présenté en français du début à la fin. Nous sommes très fiers de ça », a fait valoir le directeur général et artistique de la Société d'art lyrique du Royaume, Dario Larouche.

L'organisation n'y est pas allée de main morte pour annoncer quelle sera sa grande production de 2016. C'est au salon Le Barbier coiffeur, de la rue Price à Chicoutimi, que l'équipe a tenu sa conférence de presse. Et Dario Larouche a même accepté de passer sur la chaise du barbier pour l'occasion. En effet, alors qu'il expliquait comment se déroulera la production de la pièce, le directeur général et artistique a offert sa tête au coiffeur Germain Lefebvre. Et il est ressorti avec un peu moins de cheveux qu'à son arrivée.

« Le Barbier de Séville est un opéra très drôle, qui présente une lutte des classes et une lutte des générations. Ce chef d'oeuvre est très engagé socialement et les gens s'amuseront certainement », a affirmé Dario Larouche.  

Pour donner vie au Barbier de Séville, la SALR comptera sur une riche distribution. En effet, les spectateurs verront sur scène la mezzo-soprano Rachèle Tremblay, le baryton Hugo Laporte, le ténor Nils Brown, les basses Robert Huard et Alexandre Sylvestre, de même que la soprano Nathalya Thibault. La Société d'art lyrique du Royaume est également très fière de compter à nouveau cette année sur le chef d'orchestre d'origine saguenéenne et de renommée mondiale, Jean-Philippe Tremblay, qui dirigera les musiciens de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La présidente d'honneur de la production, Lise Larouche, est impatiente de voir la production. « Je ne suis pas une spécialiste de la musique, mais je sais que LeBarbier de Séville ne pouvait pas être un meilleur choix pour que tout le monde y trouve son compte. Il s'agit d'une histoire vraiment très drôle », a affirmé Mme Larouche.

Le Barbier de Séville sera présenté les 5 et 6 février à 19 h 30 et le 7 février à 14 h, au Théâtre Banque Nationale. Il s'agit également d'un clin d'oeil de la Société d'art lyrique du Royaume à la pièce de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, qui célébrera son 200e anniversaire de création en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer