Anonymus brassera la cabane

Le groupe métal Anonymus sera en spectacle à... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le groupe métal Anonymus sera en spectacle à la salle Le 4-Barils de Jonquière le samedi 7 novembre.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

La formation trash heavy métal Anonymus fera vibrer les murs de la salle Le 4-Barils de Jonquière le samedi 7 novembre pour défendre les pièces de leur dernier album Envers et contre tous, le septième opus de cette longue carrière de 26 années.

Anonymus est une formation d'exception, car durer 26 ans pour un groupe c'est déjà peu commun, alors durer 26 ans pour un groupe qui fait de la musique métal c'est exceptionnel.

«On le fait par passion, on ne s'est jamais vraiment rendu compte que les années avaient passé, on a atteint nos objectifs d'album un après l'autre en livrant des spectacles au Québec et en France», commente le batteur Carlos Araya en entrevue téléphonique avec Le Quotidien.

«Notre formation a toujours connu du succès au Saguenay. Le métal est très ancré dans les régions et c'est probablement parce que ça s'écoute entre amis, c'est une musique qui se partage, et c'est ce genre de vie qu'on retrouve au Saguenay, en Abitibi où ailleurs en région. À Montréal où dans les grandes villes on l'impression que le métal est dilué à travers d'autres genres musicaux», fait valoir le musicien.

Le groupe sera à Jonquière pour défendre son dernier album avec des titres comme Tu es mes démons, Décrisse, Trahison et De tout pour faire un fou. «Ça décoiffe, c'est du métal pur et dur et on dit ce qu'on a à dire» assure l'artiste qui ne propose pas de petites balades amoureuses.

Pour commémorer son 25e anniversaire, la formation a invité un vieux complice, Mario Calliari, pour l'interprétation de la pièce Nous sommes.

Pour certains on fait du bruit

Pour d'autres de la cacophonie

C'est ça notre état d'esprit

Qu'on se le tienne pour dit

Tu dis qu'on chante pas, qu'on crie

Qu'on gueule, qu'on n'entend pas c'qu'on dit

T'as sûrement un problème d'ouie

Ouvre grand tes oreilles

C'est pas d'main la veille

Que j'vais gapiller

Ma salive pour toé

«Marco n'est jamais loin de nous, c'est un vieil ami et je joue de la batterie sur ses projets musicaux. Il a fait partie de la formation pendant 17 ans et cela allait de soi pour nous qu'il participe à cette chanson», indique Carlos Araya.

Le titre du dernier album veut vraiment dire ce qu'il veut dire. «Nous sommes à contre-courant et malgré toutes les barrières, ça ne nous a jamais empêchés de vivre nos projets. Ce n'est pas facile de faire de la musique au Québec, encore plus si c'est du métal, la masse est petite et il faut travailler fort», dit-il.

Les gars qui seront sur scène samedi soir, Carlos Araya (batterie), Jef Fortin (guitare et réalisateur de l'album), Daniel Souto (guitare) et Oscar Souto (basse et voix) sont la conséquence de quatre ados qui ont commencé à faire du bruit dans le sous-sol de la maison de leurs parents et qui n'ont pas encore arrêté pour finalement devenir des vétérans de la scène heavy métal québécoise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer