• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Pont Sainte-Anne: un mémorable incendie en images 

Pont Sainte-Anne: un mémorable incendie en images

La photo du feu au plus fort de... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

La photo du feu au plus fort de sa puissance sous le pont Dubuc a été prise par le photographe Jeannot Lévesque qu'on voit ici en compagnie Pierre Delisle de LCR vêtements et chaussures, un des partenaires de ce projet d'exposition sur le pont de Saint-Anne.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Une dizaine de photos grand format imprimés sur des plaques d'aluminium sont exposées sur le pont de Sainte-Anne à Chicoutimi pour souligner en images le mémorable incendie qui a provoqué la fermeture du pont Dubuc pendant deux longues semaines en décembre 2013.

La photo de citoyens qui traversent le pont... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

La photo de citoyens qui traversent le pont de Sainte-Anne en pleine tempête hivernale est l'oeuvre du photographe Michel Tremblay (à gauche) qui pose ici en compagnie du conseiller municipal Simon-Olivier Côté et de l'homme d'affaires Pierre Delisle.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Cette exposition est organisée par le Zoom Photo Festival de Saguenay (du 4 au 29 novembre) en collaboration avec des partenaires par suite d'un concours lancé il y a quelques semaines. «Nous avons fait une sélection parmi les photos que nous avons reçues pour rendre en images les différentes étapes de cet événement», a fait valoir le directeur de Zoom Photo Michel Tremblay, mercredi en conférence de presse.

Le projet réalisé en collaboration avec Croissant Culturel de Chicoutimi et le conseiller municipal Simon-Olivier Côté a permis d'installer dix structures en aluminium qui pourront recevoir des photos à différentes occasions pour souligner divers événements ou selon certaines thématiques artistiques.

L'exposition sur la fermeture du pont Dubuc et la circulation piétonnière sur le «pont vert» s'est finalement transformée en une belle expérience humaine malgré les désagréments. Pierre Delisle de LCR vêtements et chaussures, un des partenaires de ce projet, se rappelle ces deux semaines. «Nous avons sept magasins à Saguenay et le siège social est sur la rue du Pont sur la rive nord. Il fallait donc traverser le pont à pieds cinq à six fois par jour. Je n'avais jamais vu autant de monde circuler dans notre secteur commercial», de raconter l'homme d'affaires qui conserve un bon souvenir de cette fermeture de pont.

Gaétan Taillon, un photographe amateur, en a profité pour réaliser une mosaïque de sourires en photographiant les gens qui traversaient à pied. «Les gens avaient le sourire malgré les inconvénients», raconte l'arpenteur géomètre dont la mosaïque fait partie de l'exposition.

Même si une photo vaut mille mots, il aurait fallu un texte explicatif au bas de chaque photographie pour expliquer le contexte. La photo de Jeannot Lévesque, par exemple, qui montre le feu au plus fort de son intensité a été prise le soir alors qu'il a été réveillé par ses collègues Pascal Girard, Rémi-Gilles Tremblay et Patricia Rainville qui travaillaient en soirée au journal.

À 23h, Le Quotidien était pratiquement terminé et les pages étaient prêtes à aller sous presse dans l'heure suivante. Pascal Girard, en quittant son quart de travail a dit: «Je vais passer par le pont juste pour voir si les problèmes (que l'équipe du soir a vu passer sur Twitter) étaient importants ou pas». Une fois sur place, il a téléphoné au journal pour dire: «On tue la une, le pont est en feu». Le photographe a capté la photo qui a fait la première page du journal le lendemain.

C'est ce genre d'histoire que l'exposition de photos sur le pont aurait pu raconter. L'installation des tentes, la livraison de chaussures de LCR chaussures, les froides températures, auraient mérité d'être expliquées avec des mots pour accompagner les photos.

Les photos, imprimées par Hervé Bernier de BM, sont présentement à l'affiche sur le pont de Sainte-Anne, «une structure qui manque un peu d'amour» a commenté le conseiller municipal Simon-Olivier Côté pour décrire la peinture qui lève et la rouille qui s'étend sur ce qui est encore une oeuvre d'art architecturale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer