De Calcutta à Jonquière avec Mosaïque

Jayanta Guha... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Jayanta Guha

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Ce qui se passe à Calcutta ne reste pas toujours à Calcutta, comme l'illustrera l'événement tenu le 29 octobre à 20h, au Côté-Cour de Jonquière. Il s'agit du lancement du dernier album du groupe saguenéen Mosaïque, Folk Fusion, accessible gratuitement, mais pour lequel on conseille de réserver en téléphonant au numéro 542-1376.

Cette soirée couronnera un projet fou: le maillage avec l'un des chanteurs les plus populaires du Bengale, Surojit. Lui et le fondateur de Mosaïque, Jayanta Guha, se connaissent depuis des années. Quelques visites dans la région ont scellé cette entente cordiale, donnant lieu à des spectacles où la complicité des partenaires était manifeste.

Ils s'apprécient tellement que l'idée de produire un disque a vu le jour. C'est ainsi qu'en janvier, les membres de la formation se sont déplacés à Calcutta pour participer à un festival et travailler en studio avec leur ami. Plusieurs des huit compositions figurant sur Folk Fusion ont été mises en boîte à cette occasion.

«Surojit sort un album par année, en moyenne, et il dit que c'est l'un de ses meilleurs. Moi, je crois qu'il possède une touche magique parce que notre groupe a monté de plusieurs coches par rapport à l'enregistrement précédent. J'ai écouté le ''master'' et c'est impressionnant», commente Jayanta Guha.

Retour au Bengale?

Folk Fusion sera distribué en Inde et au Québec, du moins en ce qui touche les copies physiques. La version numérique, elle, est déjà disponible sur iTunes et permet à l'auditeur de plonger dans des univers musicaux qui se distinguent par leur unicité.

«Chaque pièce amène les gens à explorer une atmosphère différente, fait valoir Jayanta Guha. Il y a trois titres instrumentaux, des chants portés par Julie Yargeau et Audrey Savard, ainsi qu'une composition de Surojit livrée par Élyse Bergeron, en bengali. Nous avons aussi adapté un air folklorique du Bengale.»

La soirée du 29 octobre se déroulera en l'absence de Surojit, pris entre deux séries de spectacles donnés sur des continents différents. Le groupe proposera cinq pièces, ainsi que quelques surprises, promet son leader. Les Saguenéens seront d'autant plus motivés que cette collaboration ne sera pas la dernière.

«Surojit souhaite revenir dans la région au cours de l'été. Nous pourrons alors donner des spectacles, tout en préparant un nouvel album avec lui. Il voulait aussi nous recevoir en décembre de cette année, mais c'était trop vite. Il sera plus réaliste de retourner au Bengale en décembre 2016», laisse entrevoir Jayanta Guha.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer