Un nouvel album intitulé «Octobre»

Les Cowboys Fringants au pays du spleen

Les Cowboys Fringants se moulent à l'air du... (Photo La Presse)

Agrandir

Les Cowboys Fringants se moulent à l'air du temps et sur Octobre, leur nouvel album, on remarque à quel point ce temps est chagrin.

Photo La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Une société pourrie par la corruption, le conformisme et l'amnésie. Des personnages poqués par la vie. L'environnement qui continue de pâtir de notre aveuglement collectif. Bienvenue dans l'univers glauque d'Octobre, le nouvel album des Cowboys Fringants.

Ce n'est pas la première fois que les musiques enjouées adoucissent le message, mais cette nouvelle mouture creuse davantage le sillon du spleen, ce que reconnaît d'emblée le bassiste Jérôme Dupras. Quand est venu le temps de cerner les thèmes qui seraient abordés, le ton qu'épouserait l'enregistrement, les membres ont vite fait consensus.

«Il y avait un sentiment d'urgence, le désir de se positionner à travers un discours plus politique, ce qu'a cristallisé JF (Jean-François Pauzé) dans son écriture. Nous sommes désenchantés par ce qui se passe à Québec et Ottawa. On vit aussi un écocide, les changements climatiques», a-t-il énoncé mercredi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

«Les problèmes atteignent une telle ampleur que les gens se demandent comment réagir, poursuit Jérôme Dupras. C'est ce qui explique les réflexes individualistes, ainsi que la montée de la droite, alors que les membres de notre groupe croient aux solutions globales, collectives.»

La vieille question revient alors. Que faire lorsque notre métier consiste à faire de la musique? Bien sûr, les Cowboys Fringants ont leur fondation consacrée à l'environnement, plus active que jamais. Ils ont aussi l'impression de faire leur petite part en créant des chansons qui éveillent les consciences.

«Ça peut sembler naïf, reconnaît Jérôme Dupras. En même temps, nous ne voulons pas nous montrer cyniques ou moralisateurs et les spectacles vont demeurer festifs, ludiques. Nous en profiterons pour constituer un espace de beauté afin de passer un bon moment en compagnie du public.»

Un regard extérieur

Plus on écoute Octobre et plus on remarque une mutation au plan musical, ce qui représente l'autre ligne de force de l'album. Tout en sachant qu'ils ne changeraient pas de personnalité après 20 ans dans l'espace public, les Cowboys Fringants étaient mûrs pour un brassage de cartes. Ainsi fut justifié l'appel adressé à Werner F. et Gus van Go.

«Nous voulions le regard de réalisateurs provenant de l'extérieur du Québec. Ils n'avaient pas d'idées préconçues à propos du groupe et ça a permis aux arrangements de nous amener un peu ailleurs. Le son est plus texturé. Il y a des guitares avec ''reverb'', des accents Tex-Mex», fait valoir Jérôme Dupras.

Une autre collaboration extérieure se fait entendre sur Marine marchande, chronique d'une relation de couple tellement toxique que l'homme a décidé de prendre le large. La deuxième face de la médaille est livrée par Frannie Holder, la chanteuse de Random Recipe.

«Pour ce duo, nous avons commencé à lancer des noms et comme nous aimons son groupe, nous avons demandé à Frannie si elle était intéressée, raconte Jérôme Dupras. La seule contrainte tenait au fait qu'elle se trouvait en France. On a donc loué un petit studio à Paris et nous avons procédé à l'enregistrement en se parlant sur Skype.»

Un deuxième batteur: Pierre Fortin

Le nouveau spectacle des Cowboys Fringants sera préparé en novembre, un mois avant la première sortie effectuée à Joliette. Les fans du groupe remarqueront que les effectifs ont changé par rapport aux tournées précédentes. De nouveaux collaborateurs épauleront les membres réguliers, dont le Jeannois Pierre Fortin.

«Nous avons ressenti le besoin de modifier notre sonorité, d'arranger les pièces différemment, note le bassiste Jérôme Dupras. Nous favoriserons une approche plus crue, plus percutante, ce qui entraînera la présence de deux batteries, ainsi que de plusieurs autres instruments. L'objectif est de garder le côté festif, mais en créant une nouvelle dynamique.»

La deuxième batterie sera celle de Pierre Fortin. On peut l'entendre sur le nouvel album, Octobre, en vente depuis vendredi. En principe, sa contribution devait se limiter aux séances d'enregistrement, mais la greffe a tellement bien collé que les Cowboys Fringants lui ont offert de prolonger l'aventure.

«Il a trouvé un malin plaisir à travailler avec nous et ça a été pareil de notre bord. Pierre est un génie de la musique. En plus de la batterie, il peut jouer de la guitare et du banjo. Comme la tournée de Galaxie achève, il fera partie de notre équipe pendant les trois prochaines années», confirme Jérôme Dupras.

Parmi les premières sorties confirmées par le groupe, on remarque celles des 18 et 19 mars, à l'hôtel La Saguenéenne de Chicoutimi et à la Salle Michel-Côté d'Alma. Il s'agira de sa première incursion depuis la mini-tournée effectuée au cours de l'été, laquelle avait fait escale sur la zone portuaire de Chicoutimi.

«Nous nous faisons un plaisir de venir dans votre région. Le public est festif. Il chante beaucoup, souligne Jérôme Dupras. C'est d'ailleurs au Cégep de Saint-Félicien que nous avons donné notre premier spectacle à l'extérieur de Montréal, il y a 20 ans.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer