Jasmin Roy s'attaque à un autre tabou

Jasmin Roy s'est penché sur la violence chez... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jasmin Roy s'est penché sur la violence chez les filles dans son livre #Bitch, qui sortira le 28 octobre.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

« Bitch », « salope », « pute! » Ces mots sont souvent entendus dans les cours d'école du Québec. Ils sortent de la bouche de jeunes filles âgées de 16 , 13 et même 10 ans. Utilisées autant entre amies qu'entre ennemies, ces insultes devenues banales rappellent constamment aux filles que la ligne est mince entre l'amitié et la haine. Témoin de cette réalité, Jasmin Roy a choisi de faire de la violence chez les jeunes filles le sujet de son tout dernier livre, #Bitch.

#Bitch de Jasmin Roy sera sur les tablettes... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

#Bitch de Jasmin Roy sera sur les tablettes à partir du 28 octobre.

Photo courtoisie

Jasmin Roy a fait de l'intimidation son cheval de bataille. Après la publication de Osti de fif!, livre autobiographique, paru en 2010, dans lequel il décrit ce qu'il a vécu au primaire et au secondaire, il a visité plus de 400 écoles et donné plus de 1000 conférences.

C'est au fil de ses visites qu'une réalité a frappé l'acteur, animateur et auteur. « La violence chez les filles est en pleine croissance depuis 10 ans. »

Les filles utilisent un langage rabaissant entre elles. J'ai entendu souvent les mots « pute », « salope » et « bitch ». À partir de la troisième année, les mots sont utilisés. À partir de la 5e ou 6e année, elles les comprennent. Elles utilisent ces mots pour se rabaisser, s'intimider et se discriminer à partir de leur apparence ou de leur réputation, mais elles utilisent les mêmes mots pour marquer leur amitié. Certaines vont même jusqu'à accepter que leur conjoint les traite de cette façon », témoigne-t-il.

Dans son livre publié aux éditions de l'Homme, Jasmin Roy se base en grande partie sur les témoignages reçus lors de ses passages dans les écoles du Québec. Il affirme que la réalité est la même partout, en région comme dans les grandes villes. « C'est pas mal généralisé. »

Il estime que derrière ces mots se cachent plusieurs problématiques. « On apprend aux jeunes filles à être polies, gentilles. Elles sentent qu'elles ont besoin d'alliés dans leur violence. Les filles doivent être belles, mais pas trop, bonnes, mais pas trop. Elles laissent toujours planer le doute et la menace d'exclusion. Et lorsqu'une fille décide qu'une autre va être exclue, elle y goûte. Mais il n'y a pas que les victimes qui souffrent de cette violence. Celles qui en sont témoins aussi. Elles se disent que si elles sont différentes, elles peuvent se faire intimider. »

Selon Jasmin Roy, la façon de parler des filles cache d'autres problèmes. Violence physique, violence dans les relations amoureuses, rivalité, besoin de faire partie d'un groupe, quel que soit le prix à payer, manque d'estime de soi.

Avec son livre qui sortira le 28 octobre, il espère susciter la réflexion.

Un documentaire sur le sujet sera d'ailleurs également diffusé le jeudi 29 octobre, à 19 h, sur les ondes de Moi & Cie.

« J'espère que ce sera un rendez-vous familial. Ça s'adresse aux adolescentes en premier, mais le but de cet essai et du documentaire est aussi d'aider parents et éducateurs à mieux comprendre certains enjeux. »

Jasmin Roy affirme qu'il est temps de se pencher sur la question. « Je veux que, comme société, on réfléchisse et qu'on se demande quoi faire pour que ça aille mieux. Aucune recherche ne s'est attardée sur le langage et la violence chez les filles. »

Jasmin Roy a déjà en tête quelques pistes de solution. « Il faut d'abord enseigner l'histoire des droits des femmes dans les écoles. Il faut aussi un retour à l'éducation de la sexualité relationnelle pour que les jeunes apprennent comment développer des comportements égalitaires. On devrait aussi donner davantage la possibilité aux filles de manifester leur mécontentement. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer