Oktober Folk Fest: un microfestival prometteur

Bernard Adamus jouera deux fois au Sous-Bois de... (Archives Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Bernard Adamus jouera deux fois au Sous-Bois de Chicoutimi, aujourd'hui et demain. Il constitue l'une des têtes d'affiche de l'Oktober Folk Fest, un microfestival appelé à prendre de l'ampleur.

Archives Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

S'il évoluait dans le merveilleux monde de la boxe, on dirait que le Sous-Bois frappe au-dessus de son poids. Le diffuseur du centre-ville de Chicoutimi le démontrera une nouvelle fois à compter d'aujourd'hui, alors qu'il accueillera la première édition de l'Oktober Folk Fest.

On parle ici d'un microfestival, le genre de chose qui naît spontanément, qui ne coûte pas une fortune à organiser et dont on mesure rapidement l'impact. Il sera lancé par Bernard Adamus qui, en principe, ne devait jouer qu'un soir. Or, la demande a été si forte que le chanteur se produira aujourd'hui et demain, à compter de 22h.

«Bernard connaît la salle et il est content de revenir pour présenter son nouvel album. On a vendu beaucoup de billets. Ce sera sans doute complet, mais l'ajout d'une date a provoqué un mouvement chez les détenteurs de passes. C'est pour ça qu'il y a encore des billets pour les deux spectacles», précise le coordonnateur culturel du Sous-Bois, Martin Girard.

L'autre tête d'affiche est le groupe Canailles, attendu samedi. Lui aussi connaît les airs de la maison, où ses incursions s'étirent pour cause de public survolté. Comme pour Bernard Adamus, il reste des places, mais pas des masses. Il est donc prudent de réserver en contactant le Café Cambio (le voisin d'en haut) ou en surfant à l'adresse www.sousbois.ca.

Projets d'expansion

Un bienfait n'arrivant jamais seul, la présence de gros noms a rejailli sur l'événement du vendredi, le spectacle du groupe Bad Uncle. S'ajoutant aux achats à l'unité, la vente des 40 passes donnant accès à l'ensemble de la programmation a permis de dépasser les attentes nourries par le comité organisateur.

«Le festival montre que plus on offre des options aux gens, plus ils sortent», énonce Martin Girard. L'événement va même essaimer au Cambio puisqu'on y servira des hot-dogs de style allemand, choucroute incluse, à compter de ce midi. Et l'an prochain, il risque de déborder de part et d'autre de la rue Racine.

«Des gens d'affaires veulent en profiter pour dynamiser le coin. Nous pourrions nous associer à d'autres bars et d'autres restaurants. Nous aimerions également sortir dans la rue en installant un chapiteau. Nous sommes enthousiastes», affirme le coordonnateur culturel du Sous-Bois, qui envisage aussi la création d'un microfestival au cours de l'été.

En attendant, le diffuseur continue de bonifier sa programmation. C'est ainsi que dans les derniers jours, il a confirmé la présence de Sexe Illégal (5 décembre) et du groupe The Dears (6 novembre), de même que celle des Hôtesses d'Hilaire (14 novembre) et de Guillaume Beauregard (27 novembre).

Une autre date à encercler au crayon rouge est celle du 19 novembre, puisqu'elle marquera le retour de l'un des artistes les plus appréciés au Sous-Bois: le guitariste Bloodshot Bill. «Ça doit faire dix fois qu'on le reçoit et c'est tout le temps plein», souligne Martin Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer