Tang-aux-foins: pour savourer et vivre le tango

Le festival Tang-aux-foins de Saint-Fulgence s'est conclu, hier,... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le festival Tang-aux-foins de Saint-Fulgence s'est conclu, hier, avec la prestation du groupe organisateur, Guardia Nueva, composée de Marie-Aude Turcotte (violon), Andréa Tremblay-Legendre (piano), Gaël Chabot-Leclerc (vibraphone) et Mathieu Boily (contrebasse).

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque 400 personnes ont assisté aux différents spectacles et aux ateliers proposés dans le cadre de la sixième édition du festival Tang-aux-foins de Saint-Fulgence, en fin de semaine. Ils ont ainsi pu découvrir, apprivoiser et savourer le tango, en plus de s'abandonner à ses rythmes parfois langoureux, parfois cadencés.

Le coup de coeur du public s'est avéré le souper-spectacle du pianiste argentin Victor Simon, du danseur et percussionniste Luis Lopez et de la danseuse Marika Landry, tenu samedi à la Salle multifonctionnelle Michel-Simard de Saint-Fulgence.

« Le concert de samedi, on en entend encore parler! Ç'a été vraiment apprécié, a souligné un des organisateurs, Gaël Chabot-Leclerc, hier. C'était vraiment intéressant. Luis a fait Saltimbancoavec le Cirque du Soleil pendant longtemps. Il nous a fait quelques démonstrations de ce qu'il faisait avec le Cirque. Quand il a commencé, on entendait une mouche voler! Ç'a vraiment captivé les gens. »

Bien que l'achalandage ait quelque peu diminué par rapport à l'année dernière, les organisateurs sont très satisfaits de cette sixième édition. « La vente de forfaits a diminué de beaucoup par rapport à l'année dernière. Il y a plusieurs habitués qui nous ont dit : "Cette année, on ne peut pas venir, malheureusement, parce qu'on a d'autres obligations". Mais, sinon, ça s'est compensé par des billets à la porte », explique Gaël Chabot-Leclerc.

« On a beaucoup de danseurs et de gens de l'extérieur. On doit encore avoir entre 20 à 25 % de spectateurs qui viennent de l'extérieur », ajoute-t-il.

Cet événement, lancé de manière spontanée il y a six ans, s'inscrit désormais dans le temps. L'édition 2015 était marquée par trois principaux spectacles, en plus des soirées dansantes, des cours et des ateliers de musicalité, une nouveauté. « C'était vraiment pour montrer aux danseurs comment analyser et comprendre la musique et les différents styles. Les gens ont vraiment aimé ça », affirme celui qui est l'un des quatre membres de Guardia Nueva, le groupe à l'origine de Tang-aux-foins.

C'est d'ailleurs cette formation qui assurait la clôture du festival, hier, invitant le public à un voyage dans le temps pour découvrir le tango à différentes époques. Les quatre membres ont présenté de nouvelles pièces, dont une pièce arrangée expressément pour eux par l'accordéoniste Alfred Morin et deux morceaux de Richard Hunt, compositeur et pianiste de l'ensemble Quartango.

Le comité organisateur n'a pas voulu s'avancer sur la programmation de la septième édition, mais y est tout de même allé d'une confidence. « On est en train de préparer un nouveau disque qu'on aimerait lancer pour la septième édition, l'année prochaine », a conclu Gaël Chabot-Leclerc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer