Mario Saint-Amand chantera à Alma, le 2 octobre

L'ultime retour des 22 Câline de Blues

Mario Saint-Amand reviendra à Alma le 2 octobre,... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Mario Saint-Amand reviendra à Alma le 2 octobre, afin de présenter le spectacle Câline de Blues. Il s'agira de la dernière représentation donnée dans la région, laisse-t-il entendre.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Si c'est la dernière fois que 22 Câline de Blues est présenté dans la région, autant que ça arrive à Alma, plus spécifiquement à la Salle Michel-Côté, où Mario Saint-Amand se pointera le 2 octobre à 20h. Ce sera comme un retour à la maison, dans la ville où le chanteur et comédien a vécu de 1979 à 1983.

Il y a fait le plus clair de son secondaire, profitant de ses loisirs pour s'initier au théâtre par le biais de l'impro. «On organisait des soirées au Studio 25, moi et Michel Barrette. Les membres du Groupe Sanguin partaient de Jonquière pour jouer contre notre équipe», s'est remémoré l'artiste jeudi, au cours d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Un autre souvenir que Mario Saint-Amand chérit concerne le duo Ding et Dong. À 14 ans, lui et un ami, Steeve Côté, ont monté un spectacle centré sur les personnages créés par Claude Meunier et Serge Thériault. «Comme ils ne faisaient pas de tournée chez nous, il y avait une demande», fait-il observer.

Les années n'ont pas érodé ses liens avec Alma, ce dont pourraient témoigner les amis avec lesquels le chanteur est demeuré en contact. C'est même là qu'il a passé une partie de ses vacances estivales, quelques mois après avoir fait salle comble à la Boîte à Bleuets.

Cette fois encore, c'est dans un cadre intimiste que 22 Câline de Blues reprendra du service. Le public, autant que les artistes, sera regroupé sur la scène de la Salle Michel-Côté, en effet. Le programme comprendra du Offenbach et du Gerry Boulet, bien sûr, mais la musique n'occupera pas toute la place.

«J'aime raconter l'histoire des chansons, je parle de choses que j'ai vécues à la suite de mon arrivée à Montréal, en 1987. C'est à ce moment, après m'être fait sortir de l'école de théâtre à cause de ma voix, que j'ai commencé à frayer avec la scène rock et blues de la rue Saint-Denis», indique Mario Saint-Amand.

Le spectacle fait écho à ses deux albums qui portent le même titre. Comme eux, il fait la part belle aux paroliers qui ont créé des pièces aussi légendaires que Promenade sur Mars, Ayoye et Faut que je me pousse. La liste est longue, du Jeannois Gilbert Langevin (La voix que j'ai) à Pierre Huet et Jean Basile, en passant par l'incontournable Pierre Harel.

Mario Saint-Amand devrait également chanter Pour une dernière fois et ce ne sera pas juste un clin d'oeil à Gerry. Entrée dans sa troisième année, la tournée arrive au bout de sa vie utile, en effet. «Comme j'ai le goût d'écrire, le prochain album regroupera des compositions à moi. J'en ferai quelques-unes à Alma», annonce le Jeannois d'adoption.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer