The Brooks lance la FouArt

Une soirée froide, mais magique

Alan Prater est un excellent animateur, comme il... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Alan Prater est un excellent animateur, comme il l'a démontré hier, à l'Agora de Bagotville. Le chanteur du groupe The Brooks participait à la soirée inaugurale de la FouArt, un événement qui se prolongera jusqu'à dimanche.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Vous savez, ceux qu'on appelle les ours polaires parce qu'ils se baignent dans l'eau glacée le 1er janvier? On les trouve un peu fous, tout en étant soufflé par leur témérité, et c'est le genre d'impression que laissera le premier spectacle tenu dans l'histoire de La FouArt, un festival créé par la Corporation de Centre-Ville de La Baie.

L'événement s'est déroulé hier soir, à l'Agora de Bagotville. Il faisait quelque chose comme 8 degrés, mais ça n'a pas empêché une cinquantaine de braves d'accueillir le groupe invité, The Brooks, avec toute la chaleur qu'il méritait. Pendant 90 minutes, ils ont effectué un joli pied-de-nez à ce temps d'automne qui avait des airs de janvier.

La première source de réjouissance est venue du président de la corporation, Pierre-Olivier Côté, quand il a annoncé que son mot de bienvenue serait bref. Puis, sept musiciens vêtus comme pour aller à la pêche blanche ont pris le plancher, interprétant une pièce instrumentale aux accents funk savamment touffus.

Il y avait alors quelques personnes dans les gradins, à droite de la scène, mais moins que sur le parterre, ce qui a représenté une autre raison de se réjouir. À l'arrivée du chanteur Alan Prater, dès la deuxième pièce, on a senti qu'il allait se passer quelque chose, que ce rendez-vous ne serait pas plombé par le froid.

Tout de suite, des gens se sont mis à danser pendant que The Brooks proposait un beat serré que le solo du saxophoniste Sébastien Grenier a rendu encore plus incandescent. Il a refait le coup une couple de fois pendant la soirée, toujours en produisant la même magie.

D'autres pièces ont suivi jusqu'au moment où Alan Prater a invité le public à se rapprocher de la scène, ce qu'il a fait sans se faire prier. Dès lors, le spectacle est devenu quasiment familial, l'artiste faisant monter trois enfants qui ont copié ses mouvements en affichant une charmante maladresse, puis un agent de sécurité assez funky merci.

La récompense est venue sous la forme de Super Bad, le classique de James Brown. Le beat syncopé, sur lequel les cuivres donnaient l'impression de flotter, a amené la plupart des gens à se trémousser, peut-être un peu pour se réchauffer. À ce niveau d'enthousiasme, dans de telles conditions, on pouvait stipuler que chaque individu en valait au moins une dizaine.

Une deuxième fin

Le funk a toujours été lié à des préoccupations sociales, ce qu'a illustré Alan Prater en citant le grand Curtis Mayfield, qui se demandait si le monde était devenu fou. Il y a aussi eu cette référence au scandale du Watergate, Impeach The President, chantée par les Honey Drippers en 1973.

Le spectacle tirait déjà à sa fin et pour montrer le côté ludique du funk, The Brooks a fermé les livres avec Dance To The Music, le succès de Sly And The Family Stone. Le party était pris et pas seulement sur le parterre, comme l'a prouvé le claviériste Dan Thouin en intégrant quelques mesures de Jingle Bells pour faire sourire le chanteur.

On a cru que c'était terminé quand le groupe a salué l'assistance, mais celle-ci a scandé le nom du batteur Maxime Bellavance, qui avait été très applaudi lors de la présentation des musiciens. Bon prince, il est revenu pour exécuter un solo énergique, un large sourire accroché au visage.

C'était le rappel après le rappel, en quelque sorte, une belle façon de conclure la soirée inaugurale du festival, qui se poursuit aujourd'hui.

L'Agora accueillera le cirque Carpe Diem à 13h, tandis qu'à 20h, la formation 21 Gun Salute rendra hommage à AC/DC. Marie-Pierre Arthur, elle, se produira au Bistrot Café Summum, toujours à 20h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer