En concert à Alma, ce soir

Christopher Hall décrispe l'univers classique

Voilà un homme habité par son art, ainsi... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Voilà un homme habité par son art, ainsi qu'il le démontre avec sa clarinette. Christopher Hall s'est donné pour mission de décrisper la musique classique, ce qui le conduira à la Salle Michel-Côté d'Alma ce soir, à l'occasion d'un concert humoristique. Il sera accompagné par quatre musiciens de la région.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Depuis le temps qu'on veut décrisper l'univers classique, voici un drôle d'oiseau, Christopher Hall, qui a trouvé une façon d'amuser le public tout en rendant justice à la musique. Lui qui a toujours aimé faire le clown, parfois à son détriment (certains chefs n'entendent pas à rire), n'a eu qu'à jumeler ce trait de caractère à son amour de la clarinette.

Il donne des concerts humoristiques depuis quelques années, une formule qui fonctionne bien avec un orchestre, de même qu'un quatuor à cordes. C'est dans cette dernière configuration que la Salle Michel-Côté d'Alma l'accueillera deux fois plutôt qu'une, aujourd'hui.

En premier lieu, il sera possible d'assister gratuitement à une répétition tenue à 14h30, dans le cadre des Journées de la culture. Christopher Hall et ses complices, les Saguenéens Luc Beauchemin (violon), Marie-Aude Turcotte (violon), Bruno Chabot (alto) et Isabelle Harvey (violoncelle) travailleront pendant 45 minutes avant d'échanger avec le public.

Quant au concert proprement dit, il débutera à 20h et lancera la 19e saison du Groupe Concerto, un partenaire de Ville d'Alma Spectacles qui se donne pour mandat de promouvoir la musique classique. Il y aura donc de vraies interprétations, pas trafiquées pour deux sous. C'est l'enrobage qui sera un peu givré.

«Pendant le spectacle, je veux que cette musique - la plus belle au monde - se retrouve à la place d'honneur. Il y en aura beaucoup et nous proposerons des versions de qualité. Moi-même, je devrai être bon à la clarinette, sinon je ne pourrai pas me payer la tête de mes collègues», a expliqué l'artiste hier, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

«Le meilleur des deux mondes»

Le programme comprend des pièces de Bach, Beethoven, Mendelssohn et John Cage, entre autres. Chacune sera jouée dans les règles de l'art, tout en offrant un prétexte à Christopher Hall pour ajouter une pincée d'humour. Pour comprendre comment ça fonctionnera, écoutons-le parler du Quintette opus 115 de Brahms, une très belle oeuvre qui comporte un sous-texte.

«Je raconterai que Brahms a créé cette composition à la fin de sa vie, alors qu'il était en amour avec la femme de son ami, Clara Schumann. Il ne l'a jamais dit avec des mots, mais l'a exprimé par l'entremise de cette pièce que nous allons présenter pendant que le public verra apparaître de drôles de «cue cards» », précise-t-il.

L'envers du décor sera également évoqué. On découvrira les pensées qui hantent les membres d'un quatuor à cordes lorsqu'ils semblent habités par la musique. «Peut-être que les musiciens se demandent s'ils ont fermé le four avant de quitter la maison, s'ils voteront pour le Bloc ou le NPD», laisse entrevoir Christopher Hall.

Ce qui ajoutera au charme du concert, c'est le fait que ses partenaires, baptisés le Quartetto Mobile, ne connaîtront qu'une infime fraction de ses gags. «Ils vont rire avec le public», anticipe le clarinettiste, qui a prévu quelques nouveautés pour sa sortie almatoise.

L'ironie est que depuis qu'il donne des concerts humoristiques, les orchestres symphoniques lui demandent d'assumer le rôle de soliste dans des programmes tout ce qu'il y a de plus sérieux. «Au fond, j'ai le meilleur des deux mondes. Je fais rire les gens et je les touche avec la musique», énonce Christopher Hall.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer