Les slameurs d'ici cartonnent à Montréal

Marilyne Renaud a animé la deuxième partie d'une... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Marilyne Renaud a animé la deuxième partie d'une soirée de slam tenue mercredi, à Montréal, afin de répondre à un défi lancé par le responsable de cette activité, Ivy. Celle qui l'accompagne sur cette photographie, Anick Martel (à droite), était également présente en tant que coach de l'équipe qui représente le Saguenay-Lac-Saint-Jean au Grand slam.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

La délégation du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'avait jamais participé au Grand slam, un événement qui rassemble l'élite de cette discipline au Québec. Dès la première des deux soirées figurant au programme, pourtant, l'équipe formée des meilleurs slameurs de la région a touché le public regroupé dans la salle O Patro Vys de Montréal.

Ça se passait mercredi et l'objectif consistait à déterminer quelles personnes accéderaient à la deuxième et ultime épreuve, celle du lendemain, tenue au Lion d'Or. Six groupes provenant de Montréal, Québec, Sherbrooke, Rimouski, Gatineau et Saguenay ont ainsi croisé le fer, mais une attention spéciale a été accordée aux petits nouveaux.

«Nous étions très attendus et nous avons passé une super soirée. L'accueil a été magnifique et nos slameurs ont excellé. Ça nous a permis de constater que nous avions vraiment affaire là», a raconté Anick Martel hier, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

L'équipe du Saguenay-Lac-Saint-Jean a repris des textes livrés au cours de la première saison de la ligue régionale. Le meilleur pointage fut celui de Julie Bernier, qui a aussi dominé le classement général avec une note de 9,8 sur dix. Sophie Torris et Guillaume Tremblay ont décroché les deux autres places en deuxième ronde devant Stéphane Guignard.

«Julie a cartonné. Avant même d'entrer en scène, j'ai senti qu'elle avait le goût de le faire, qu'elle était prête», souligne Anick Martel, qui cumulait les rôles de slamestre et de coach pour la formation étoile de la région. En prime, l'animatrice des soirées du Bar à Pitons, Marilyne Renaud, a assumé cette fonction dans la deuxième partie de la soirée.

«Ivy (le pionnier du slam dans la Métropole) a demandé aux équipes participantes si quelqu'un avait le goût de le faire et Marilyne a répondu au challenge. Elle a été géniale. Les gens ont rigolé. On aurait dit qu'elle avait fait ça toute sa vie», s'émerveille sa consoeur.

Sans égard à ce qui a pu survenir hier soir, cette première sortie au Grand slam confirme que cette discipline fondée à la fois sur l'écriture et la performance est bien implantée au Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Ça donne envie de recommencer», lance Anick Martel, qui rappelle que la deuxième saison se mettra en branle le 10 novembre, toujours au Bar à Pitons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer